Infolinks In Text Ads

Sénatoriales


Incontestable victoire de la gauche, logique dans ce contexte. Historique, et, quand on connaît le "train de sénateur" et le découpage antidémocratique des circonscriptions sénatoriales, doublement historique, marquant un rejet, lui aussi historique, de la politique de notre grand leader omniscient. Nous en avions rêvé, Sarkozy l'a fait !  Avec N. Sarkozy tout devient possible...

Car, au delà de ces résultats globaux, l'analyse montre que, dans deux endroits au moins et pas des moindres (Haut de Seine et Paris) ce sont ses candidats qui ont été battus par d'autres candidats de droite.

Il a tant fait pour monter les français les uns contre les autres, que même une partie de la droite rejette ses ukases, refusant, par exemple, dans son département, d'élire comme Sénatrice la condamnée pour "prise illégale d'intérêt" Mme Balkany.

Même Le Figaro titre "La gauche progresse presque partout", "L'UMP paie ses divisions au prix fort", et "Un coup de semonce pour Sarkozy". Et la tête des rares personnalités de droite osant affronter les télévisions et annônant que "C'était inscrit dans les municipales de 2008" le montraient mieux que n'importe quelle brillante analyse.

La Sarkozie va tout tenter maintenant pour truquer les résultats des urnes, pour acheter le vote de certains élus "de gauche" en vue de l'élection du Président du Sénat. Réussiront-ils ? Les exemples d'un Besson, d'un Kouchner, d'un Jouyet ou d'un Bockel rendent les pronostics prudents... Mais il est vrai que la période n'est pas la même et que le vent a tourné.

Ce quinquennat, ayant commencé dans le fric avec la soirée du Fouquet's et le Yacht et l'ami Bolloré, se terminant dans le pognon avec les valises provenant du Pakistan, d'Arabie Saoudite, de Libye, d'Afrique noire, après un passage par l'épisode népotique du "Prince Jean", va finir dans la fange... après avoir prodigieusement enrichi sa clientèle et endettant le pays pour plusieurs générations.

Ceci dit, comme le dit Le Monde, "La France urbaine, traditionnellement plus à gauche, souffre donc, au Sénat, d'un handicap structurel. Pour le surmonter, la gauche aura dû attendre une conjonction d'astres exceptionnelle : une succession de victoires dans les élections locales depuis dix ans, en particulier aux municipales ; une lente mutation du monde rural, ou plutôt rurbain, qui en modifie peu à peu la sociologie électorale ; des divisions et dissidences à droite ; une grogne sourde des élus locaux, y compris à droite, contre la réforme des collectivités territoriales imposée à la hussarde par le gouvernement ; enfin le discrédit profond qui touche l'actuelle majorité et son chef, le président de la République".

Sans bouder notre plaisir, après cette escarmouche, la vraie bataille est dans 8 mois.
  •  "Les élus ruraux ont donné le Sénat à la gauche", Le Monde. "Lorsque Nicolas Sarkozy a été élu président de la République, en 2007, la droite détenait 203 sièges au Sénat, contre 128 à la gauche". Eh oui, Sarkozy l'a fait...
  • "Karachi : Eva Joly souhaite que Nicolas Sarkozy soit entendu par la justice", Le Monde.
  • "Mardi, une grève dans l'éducation nationale unit public et privé", Le Monde. A Nice, le rendez-vous est à 10h, Place Masséna.
  • Fric sale et entourage de Nicolas Sarozy: "Affaire Takieddine: la police piste des voyages de Sarkozy et Copé", MédiaPart, pour les abonnés.

0 comments:

Post a Comment

top