Infolinks In Text Ads

Plages

Sans être à court d'inspiration, l'actualité étant tellement puante, je vous repropose un post plus léger, de mon ex-blog qui, à la relecture, m'a amusé.

De mauvais esprits parmi mes proches prétendent que je ne vais plus à la plage depuis que les "topless" féminins se font plus rares. Je tiens à préciser que c'est faux, que mon aversion pour cet endroit date de beaucoup plus longtemps et a d'autres motifs.

Adolescent, en été, la plage était l'endroit idéal pour, tel le maquignon, évaluer finement le produit à consommer, faire son choix, et tenter une aventure qui se terminait le plus souvent par un rateau tant les comportements de cet âge apparaissaient, à juste titre, aux demoiselles visées, semblables à ceux du consommateur de grande surface, en outre exigeant quant à la rapidité de l'emballage.

Un peu plus tard, m'y étant essayé à deux ou trois reprises il y a fort longtemps quand je m'estimais encore physiquement présentable, les plages naturistes ne m'ont pas davantage convaincu, contrairement à certain visiteur du soir.

J'ai par contre remarqué ces dernières années, lors de mes rares passages pédestres et estivaux sur la Prom niçoise, qu'au fur et à mesure de la réapparition des soutiens-gorges, mode brésilienne aidant, les "bas" s'échancraient toujours plus sur leur face postérieure, ce qui, pour un regard masculin, ne faisait pas perdre grand chose au change, du moins si ces fessiers féminins faisaient bonne figure.

Hélas maintenant, vu la pudibonderie gagnante, il est fort à parier que ces "bas" vont s'étendre, peut-être même jusqu'à renouer avec la forme "culotte de grand-mère" d'avant les bikinis

Cela ne me fera pas pour autant retourner à la plage de Nice, lieu d'incommensurable ennui, et de mélanomes, ni n'augmentera le nombre de mes rares passages pédestres sur la Prom en été, dont les motivations sont, à mon âge, plus hygiénistes que voyeuses. 
  • "Ça ne passe pas", Blog de P. Jorion. **** 
  • Affaire Karachi-Takieddine: "Un témoignage choc éclabousse deux proches de Sarkozy", NouvelObs. Voir aussi: "Karachi : avec Bazire et Gaubert, la justice touche au "premier cercle" sarkozyste", Le Monde et "Karachi : Balladur devra "rendre des comptes" estime l'avocat des victimes". Ah, la "République irréprochable" de l'enfumeur en chef...
  • "Procureurs complaisants pour emplois fictifs", Edito du Monde. "... ce procès est aujourd'hui exemplaire d'une magistrature bienveillante, pour ne pas dire complaisante, à l'égard d'un puissant. D'une justice qui n'offre d'elle-même qu'une parodie". Voir aussi: "Emplois fictifs : La Mairie de Paris devra-t-elle rembourser l’UMP ?".
  • Bonnes nouvelles pour les contribuables. Sur Libération.fr, la carte des communes ayant contracté des emprunts toxiques, où l'on apprend qu'à Nice le montant total de ces emprunts est de 111 720 000 € et que le ratio surcoût/montant total est (actuellement) de 13,06%. Antibes, pour un montant total de  68 539 000 € en est à un ratio de 30,66%. Voir aussi, plus général, le détail des explications des mécanismes des principaux types d'emprunts:  "Votre commune est-elle infectée par un «emprunt toxique»?", ainsi que "Collectivités : Dexia s’est payé leur dette": "Par exemple, Antibes, qui avait emprunté 60 millions, paierait 21 millions en plus de cette somme. Le département de la Loire réglerait, lui, une ardoise de 22 millions en sus des 96 millions de prêts toxiques et l’hôpital de Dijon devrait s’acquitter de 31 millions d’intérêts pour un emprunt toxique de 111 millions". *****

0 comments:

Post a Comment

top