Infolinks In Text Ads

Le poisson pourrit par la tête

C'est du moins ce qu'affirme un proverbe chinois.

Les médias étaient pleins, hier, de la mise en examen du n° 2 de la hiérarchie policière lyonnaise, pour corruption dans le cadre d'un trafic international de stupéfiants. Depuis 3 autres responsables policiers lyonnais ont rejoint le premier et on annonce d'autres arrestations à Grenoble, Cannes, Nice, ... Et l'on reparle de comptes en Suisse qui, décidément, reste un lieu rêvé pour camoufler de l'argent sale.

Cela est bien entendu inadmissible et doublement, car venant de personnes chargées de faire appliquer la loi. Claude Guéant, fin connaisseur en la matière, ne s'y est pas trompé annonçant, c'est le moins: "S'il y a culpabilité, toutes les sanctions adéquates seront prises".

Mais que dire alors des valises et mallettes multiples et variées alimentant par des rétro-commissions, c'est à dire, de fait après détournement de l'argent des contribuables, provenant d'Arabie Saoudite, du Pakistan, de mauvaises langues rajoutent de Libye, d'Afrique Noire,  pour alimenter des campagnes électorales et au moins principalement, des caisses tournant autour de l'Ump et de ses candidats ?
Que dire des versements, encore en liquide, provenant de Mme Bettencourt et vraisemblablement d'autres grandes fortunes françaises ?

Et qui retrouvons-nous autour de ces sombres affaires ? La garde rapprochée de Nicolas Sarkozy, Président d'une République qu'il disait vouloir irréprochable.

Que dire dès lors aux gamins arrachant les sacs des vieilles dames ou trafiquant du cannabis quand l'exemple vient de si haut ? Vous savez, ces "racailles" qu'il fallait "nettoyer au Karcher" ?

Pauvre France, rabaissée au dessous de l'Italie berlusconienne...
  • "Les négociations sur le climat au bord du coma", Le Monde.
  • "Avant les prix Nobel, les prix Ig Nobel", BigBrowser.

0 comments:

Post a Comment

top