Infolinks In Text Ads

Karachigate: « Si Sarko ne passe pas en 2012...»

L'affaire Karachi est immense. On comprend qu'elle stresse l'Elysée. Nicolas Sarkozy a décidé de lâcher Edouard Balladur. Il fallait établir un cordon sanitaire, et vite.

Cette affaire est d'abord un ensemble de révélations incroyables. La dernière victime médiatique s'appelle Brice Hortefeux. L'ancien ministre , désormais conseiller politique à l'Elysée, a informé l'un des prévenus, Thierry Gaubert, que le juge Renaud van Ruymbeke en savait beaucoup sur ces traffics et sur le dossier de l'instruction sur les rétrocommissions du Karachigate.

Comment a-t-il eu accès au dossier du juge ? Pourquoi a-t-il prévenu un futur mis en examen des charges, ruinant l'effet de surprise de sa garde à vue ?

Nicolas Sarkozy était-il au courant ?

Nous n'avons qu'une certitude: la Présidence de la République est inquiète. Très inquiète.

Hortefeux dans la tourmente
Quelques heures avant d'être interrogé en garde à vue par la police, Thierry Gaubert a reçu des appels téléphoniques de Brice Hortefeux, actuel conseiller politique de Nicolas Sarkozy, et de Jean-François Copé, actuel secrétaire général de l'UMP. Des écoutes téléphoniques l'attestent. Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi, a balancé le scoop. Ces interceptions, a précisé l'avocat vendredi 23 septembre, «citent le nom non seulement de BH mais aussi de Monsieur Copé mais aussi de la très grande inquiétude de Nicolas Sarkozy ».

Le 8 septembre, Hélène ex-Gaubert avait été interrogée par le juge Renaud van Ruymbeke. Interrogée samedi 24 par Gérard Davet et Fabrice Lhomme du Monde, elle confirme: « Il me disait régulièrement : " Je vais en Suisse chercher de l'argent ". » Ou: « Il m'a dit un jour qu'il allait chercher ces espèces en Suisse pour les remettre à Nicolas Bazire ».

Le 14 septembre, Hortefeux appellait Gaubert pour lui confier son inquiétude. Comme le note LeMonde, le conseiller élyséen avait visiblement connaissance du procès-verbal des auditions. La DCRi s'empressera-t-elle d'examiner les fadettes d'Hortefeux pour savoir qui lui a donné ces PV d'auditions théoriquement protégés par le secret de l'instruction ? 

Quelques instants après ces révélations, Hortefeux confirmait avoir parlé à Gaubert. LeMonde.fr. publie même les extraits de de cette conversation, le 14 septembre, à 19h23:
Brice Hortefeux: Elle balance beaucoup apparemment Hélène.
Thierry Gaubert: Qu'est-ce que tu as comme infos là-dessus, toi, parce qu'elle me dit qu'elle dit rien.
BH : Ça m'embête de te le dire par téléphone […] Il y a beaucoup de choses hein.
Le reste de la conversation, reproduite dans la presse, est à l'avenant. Hortefeux explique même qu'il trouve surprenant qu'Hélène Gaubert en sache autant.
BH : Mais Hélène, elle sait, elle était beaucoup, beaucoup au courant de tes activités ?
TG : Non, pas du tout.
BH : C'est pour ça, ça paraissait bizarre.
M. Morice a précisé ensuite, vendredi sur itélé, que Brice Hortefeux avait rencontré Thierry Gaubert et a porté à sa connaissance le témoignage de son épouse. Gaubert, mis en examen 6 jours plus tard, a reconnu cet échange avec Brice Hortefeux, tout comme il a reconnu l'ouverture de comptes en Suisse avec Ziad Takieddine. Mais il a nié toute remise d'espèces à Nicolas Bazire, autre mis en examen de ces derniers jours. Vendredi soir, la police récupérait chez lui la preuve d'un virement de 10 millions de francs effectué entre un compte en Suisse et un paradis fiscal.

Les femmes rebelles
« Si Sarko il passe pas en 2012, ils sont tous dans la merde…» C'est une confidence, criante, qui émane de la fille de Thierry Gaubert à son petit ami. Le reste de la conversation est tout aussi incroyable, tel que l'a publié le Monde.
Nastasia : En fait, ils ont trouvé un compte aux Bahamas, et euh... mon père l'avait mis au nom de ma mère.
David : Oui, oui.
N. : Donc voilà. Il a dit à ma mère : si tu craques euh..., toute la famille saute, on saute tous (...) Il lui a dit euh... vraiment, on est dans la merde.
D. : Putain.
N. : Ouais. Et euh... personne pour l'aider parce que euh... Copé est trop dans la merde. Hortefeux est trop dans la merde. Et si euh... Sarko ne... ne passe pas au deuxième tour, euh... lui aussi est (inaudible) dans la merde et personne ne l'aide. Il a dit... Mon père, il a dit à ma mère : personne m'aidera. Parce que tout le monde est dans la merde (...). Sarko, il veut même pas l'aider. Enfin là, ça va encore, mais si... si Sarko il passe pas en 2012 euh..., vraiment, ils sont tous dans la merde.
D. : Ah là je crois que si Sarko il passe pas, ils sont morts.
N. : Ah ouais. Tous.
Un autre avocat, William Bourdon, est aussi sur la brèche. Il représente les deux épouses divorcées, Nicola Johnson et Hélène Gaubert. William Bourdon anime aussi l'association Sherpa, spécialisée dans la lutte contre la corruption, il est également l'avocat de Transparency International. Il a reconnu, vendredi sur itélé, que l'ancienne épouse de Thierry Gaubert avait reçu des menaces. « On l'a traité de balance ».

Mardi 20 septembre, la conversation entre Hortefeux et Gaubert est plus courte.
Thierry Gaubert : Allo
Brice Hortefeux : Oui, c'est Brice
TG : Oui, je suis en garde à vue, là.
BH : Ah bon, d'accord, OK, bon, OK, à tout à l'heure.
A 21 heures, vendredi soir, Le parquet de Paris annonçait l'ouverture d'une enquête préliminaire pour «violation du secret professionnel» et «recel» à la suite de la publication des échanges téléphoniques entre Hortefeux et Gaubert. L'enquête vise directement l'ancien ministre.

Sera-t-elle, comme pour l'affaire Woerth/Bettencourt, l'occasion d'une gigantesque mascarade ?

Nicolas Sarkozy a balayé l'affaire. Il a peur. Il lâche Edouard Balladur, son ancien mentor, comme hier Jacques Chirac. Sarkozy n'a jamais de scrupule quand il s'agit de sa survie.

0 comments:

Post a Comment

top