Infolinks In Text Ads

"Lubies" et petites phrases

Beaucoup, dont moi-même, ont été choqués des propos de Laurence Vichnievsky dans une tribune de Libération, qualifiant de "lubie" le retour à la retraite à 60 ans.
En fait, la lecture de sa tribune me semble infiniment plus intéressante que cette réduction. Extrait: 

"La décroissance n’est pas un projet politique conçu par des écologistes radicaux, c’est la réalité des économies de l’Europe de l’Ouest dont le taux de croissance baisse régulièrement depuis cinquante ans : en France, ce taux a été de 5,91% dans les années 60, de 4,15% dans les années 70, de 2,29% dans les années 80, de 1,86% dans les années 90 et de 1,36% dans les années 2000 (source Insee).


Rien ne garantit qu’il doit rester positif. Le recours massif au crédit a permis de soutenir la demande durant la dernière période, mais la crise des subprimes en 2008 et celle des dettes souveraines depuis 2010 ont montré les limites d’une telle politique. Au-delà d’un certain seuil, le niveau d’endettement doit cesser de croître sous peine de provoquer la perte de confiance des prêteurs et l’implosion du système. De l’avis de tous les économistes, ce seuil est aujourd’hui atteint.
Mais si l’endettement est devenu le soutien obligé de l’activité, celle-ci devrait stagner, voire décliner, en cas de stabilisation de la dette. Peu importe que cette baisse d’activité soit appelée décroissance, selon le vocabulaire écologiste, ou récession, selon la formulation classique. Elle devrait entraîner, dans un premier temps, des pertes d’emplois et des moins-values fiscales"....

Elle conclut: "Les marges dont nous disposons résident dans le choix d’une fiscalité plus écologique et plus juste : plus écologique pour amorcer une transformation de nos modes de vie et de consommation, avec l’instauration d’une taxe carbone dissuasive, plus juste parce qu’il n’y a pas de démocratie sans une relative égalité entre les citoyens. Les revenus du capital et du travail doivent être taxés de manière égale et progressive. Les inégalités de fortune doivent être limitées par un impôt frappant l’ensemble du patrimoine, sans exonération, lui aussi progressif. La fraude doit être réduite;
Dans la crise que nous traversons, les efforts qui seront exigés pèseront plus lourdement sur les plus riches, mais ils n’épargneront personne. La transition vers la société écologique passe par l’apurement de la dette, qu’en tout état de cause nous ne pouvons pas léguer à nos enfants. L’urgence, aujourd’hui, est financière".

Alors, certes, je déplore le ton cavalier avec lequel, sans manifestement grandes concertations avec le parti dont elle est porte-parole, elle assimile à une "lubie" le retour à une retraite à 60 ans, mais j'estime qu'elle propose une analyse intéressante qui tranche avec les imprécateurs de "La croissance, la croissance!", une croissance qui ne semble pas prête à revenir de sitôt dans nos pays et à l'absence de laquelle il risque d'être nécessaire de nous habituer et de traduire politiquement.

L'actualité actuelle, sur les dettes souveraines, les difficultés des banques européennes, le déclassement des USA en raison de leur dette abyssale, la chute des Bourses, les résultats économiques des pays développés, ..., sont là pour nous le rappeler.
  • "Les Bourses européennes clôturent en baisse", Libération.

  • "Takieddine a reçu 7 millions de Total "avec l'appui de l'Elysée"", NouvelObs.

  • "Guérini bientôt mis en examen pour "association de malfaiteurs"", NouvelObs.

  • "En Syrie, 26 personnes ont été abattues dans un stade, les yeux bandés", Libération.

  • "Bris de Verts dans la campagne", Libération.

  • "Les doutes sur la liquidité des banques européennes plombent le marché", Le Monde. Tout ça malgré les stress tests bidons passé et repassés...

  • "Daniel Cohn-Bendit : "La parole de nos gouvernants est triple zéro"", Le Monde.

0 comments:

Post a Comment

top