Infolinks In Text Ads

Austérité ploutocratique

Au lendemain de la crise de 1929, les USA avaient mis en place une taxation sur les revenus de 65% pour les plus hauts. Elle est, en moyenne aujourd'hui en France, grâce à un bouclier fiscal qui se surajoute aux différentes niches fiscales, de 35%.

 En 10 ans, les différents cadeaux fiscaux aux plus riches organisés par la droite ont coûté aux finances de l'état plus de 50 milliards par an. Ce qui aurait permis, aujourd'hui, une dette publique de 60% du PIB au lieu de plus de 90% en fin d'année et donc aucun des soucis auxquels nous sommes confrontés actuellement. Parole de vieillard gauchiste aigri  confortablement installé sur sa colline? Non! Il s'agit d'une étude de l'Insee reprise par la Cour des Comptes.

Face à la calamiteuse situation de notre pays, qui commence à être attaqué par les spéculateurs, N. Sarkozy repousse au 24 août une déclaration présentant de nouvelles mesures pour réduire les déficits. Le temps de laisser encore un peu la Bourse s'effondrer, renforcer les inquiétudes et apparaître alors comme le nouveau Messie, sauveur national, en piste pour un nouveau quinquennat.

Que va-t-il annoncer ? La suppression symbolique de quelques niches fiscales, vraisemblablement non centrée sur les grandes fortunes et des "économies", de l'austérité, enfonçant encore davantage les perspectives d'une croissance moribonde, des coupes dans les budgets sociaux, ceux-là même qui ont permis à la France d'amortir la crise de 2008 mieux que bien d'autres pays et quelques taxes supplémentaires sur la consommation...

Que peut-on attendre d'autre de celui qui, lors de sa campagne électorale de 2007, préconisait d'importer en France les subprimes US  et qui n'a eu de cesse, depuis son élection,  de fourguer des pans entiers du patrimoine national à ses amis du Fouquet's ?

Et, par la même occasion, continuons, sauvés par le Traité Simplifié, d'avoir un € surévalué de 36% par rapport au Dollar (Marianne).

0 comments:

Post a Comment

top