Infolinks In Text Ads

Une écologie sociale ?

Je suis souvent interpelé, sur ce blog, ou par des amis et connaissances lors de conversations, sur le fait que les écologistes se trompent de combat, que leurs solutions sont incompatibles avec le capitalisme et le libéralisme financier et que ce sont ces derniers, et eux seuls, qu'il faut dénoncer et combattre.

Je réponds généralement que je suis entièrement d'accord avec la première partie de leur thèse mais que ces hydres assoiffées de fric ne se développent, la plupart du temps, qu'appuyées sur le mythe d'une croissance infinie (dans un monde pourtant fini), sur une sur-consommation confinant au gaspillage, y compris pour une partie des plus pauvres, du fait  notamment du parasitisme publicitaire, lui-même étroitement lié aux monde médiatique et aux principaux appareils politiques actuels, liaisons qui mettent en cause la démocratie même.
Les propositions écologistes, dénonçant ces faits, insistant sur une indispensable réduction des inégalités pour, qu'à côté des mesures caractérisant cette autre politique, les comportements individuels puissent évoluer en douceur, mettent en cause le capitalisme dans ses aspects inévitablement productivistes dans une critique autrement radicale que celle des revendications sur la propriété collective des moyens de production ou d'une régulation simplement sociale. Et ce, sans parler de tous les défis de moyen terme auxquels nos sociétés sont confrontées: eau, air, énergies, matières premières, réchauffement, toxicité des produits et aliments, ... Et sur lesquels il devient urgent d'agir.

Je suis partisan d'une écologie sociale, intégrant les luttes du XIX ème siècle pour les libertés, celles du XXème pour la justice sociale et une juste répartition des richesses. Et les points de clivage avec la gauche traditionnelle, portant essentiellement sur le mythe de la croissance et la logique productiviste ne doivent pas, ne peuvent pas nous empêcher de travailler ensemble pour affaiblir les tentacules de la mondialisation financière. Le point de clivage, pour moi, se situe là, même si cela ne doit pas nous empêcher, chaque fois que nécessaire de rejeter les ukases de certains baronnets locaux du PS.

Ps- Si vous avez 15 mn, jetez un coup d'oeil sur cette vidéo "The story of Stuff", avec sous-titres en français.
  • "La vidéoprotection, une gabegie", Le Monde.
  • Le climat s'emballe, la finance nous prépare une nouvelle crise... Et le G8 ne se préoccupe que de la protection des droits d'auteurs, la plupart du temps au mains de grands trusts. Ecrans.
  • "Le contentieux s'alourdit entre l'Etat et les départements", Le Monde.
  • "Climat : le cri d'alarme lancé par les experts", Edito le Monde.
  • "Ile-de-France : 406 000 demandeurs de logements sociaux à l'été 2010", Le Monde.
  • "PS: le gênant Monsieur Zapatero", Marianne.
  • "Du discours de Benjamin Netanyahu devant le Congrès des Etats-Unis le 24 mai 2011", Géographe du monde.

0 comments:

Post a Comment

top