Infolinks In Text Ads

Sans DSK, Sarkozy se voit maître du monde.

Notre candidat s'impatiente. Nicolas Sarkozy aimerait qu'on reconnaisse au plus vite qu'il est le seul présidentiable valable de cette compétition pour 2012. En Libye, l'OTAN passe à une nouvelle étape, hélicoptère à l'appui. A Paris Sarkozy est excessivement lyrique à l'égard de son micro-G8 sur l'avenir d'Internet. Ses conseillers élyséens l'ont mal prévenus. Internet existe sans lui. Mieux, ce G8 du Web ne traitera pas de la seule innovation majeure du Web, la progression des libertés.

Pressé en Libye ?
En Libye, Nicolas Sarkozy a besoin d'une victoire rapide. Son opposant DSK étant tombé, il faut creuser l'avantage international, faire oublier les cafouillages, neutraliser les critiques sur la Françafrique, la diplomatie atomique, les ratages du printemps arabe. Des hélicoptères Tigre ont été dépêchés sur le théâtre des opérations. Mardi 24 mai, les forces franco-britanniques ont lourdement bombardé Tripoli.

En Syrie, l'Union européenne s'est décidée à des sanctions. Combien de morts faut-il pour l'Europe se bouge ? Lundi 23 mai, les Etats membres de l’UE ont décidé d'interdire de visa et de geler les avoirs du président syrien Bachar Al-Assad, ainsi que de neuf autres personnalités proches du régime.

Museler internet ?
A Paris, Nicolas Sarkozy a organisé son « e-G8 ». Kessako ? Finalement, pas grand chose. Un rassemblement de quelques représentants du G8, complété de personnalités du monde de l'internet ou des médias, le tout placé sous le signe du business sur internet et accueilli dans le jardin des Tuileries, à Paris, au frais de la Sarkofrance.

Pas question, pour Sarkozy, de parler d'Internet vecteur de liberté. Le printemps arabe, agité par Facebook et les réseaux sociaux, date d'il y a quelques semaines à peine, mais le Monarque français ne veut pas se brouiller avec le grand Chinois. Le coup de communication numérique du candidat Sarkozy a fait choux blanc.

«Les rêves d’hier sont devenus réalités et l’univers des possibles s’agrandit chaque jour devant nous.» Cette phrase d'introduction du e-G8 par Sarkozy ce mardi a bien fait rire. On se serait cru en Chine pendant la révolution culturelle, la violence en moins. Le Monarque s'y croyait, maître du monde, incontesté.

Le narcissisme violent, l'autosatisfaction exagérée qui transparaissent dans ses formules furent proprement hallucinantes : « Aussi, c'est en formant les vœux que Paris devienne pour quelques jours la capitale de l'Internet que j'ai souhaité vous réunir, ici, aujourd'hui, à la veille du G8.  » Ou encore: « Ce moment est important car c'est à ma connaissance la première fois, que l'ensemble de ceux qui ont contribué par leur talent et par leur ingéniosité à changer le monde, je devrai dire, à nous faire changer de monde, sont réunis en un seul et même lieu

Notre « Très Grand Homme » évoqua « l'émergence d'une nouvelle forme de civilisation », une « véritable dimension historique ». Il remercia les participants d'avoir « changé jusqu'à la perception de l'Histoire », « bouleversé les fondements même de l'économie mondiale », « changé la notion même de connaissance ». Evidemment, il souffla le chaud et le froid. Sarkozy, il faut le comprendre, a la conviction facile. Sur internet, il lui était hors de question d'endosser la liberté d'un réseau qui puisse perturber la gouvernance des Etats. « Nous avons besoin d'entendre vos aspirations, vos besoins. Vous avez besoin d'entendre nos limites, nos lignes rouges.»

Licencier des chômeurs ?
Moins lyrique mais plus concret, le directeur de pôle emploi a rebondi sur les déclarations du ministre Guéant de dimanche dernier. Grâce à différents contrôles tels un refus d'emploi, un refus de formation ou un refus de deux offres raisonnables d'emploi, (c'est-à-dire une offre qui se situe dans un périmètre de 30 km autour du domicile et correspond globalement à ses qualifications, ndlr), il s'est félicité, lundi, que son agence radie chaque mois « environ 2.000 » chômeurs.

On est content pour lui. Moins d'un chômeur sur deux est indemnisé par pôle emploi. Et l'UNEDIC prévoit de rétablir partiellement ses comptes d'ici la fin de l'année. Non pas parce que le manque d'emploi régresse, mais en raison d'une progression espérée du travail partiel ou des formations aidées.


Masquer les affaires ?
 Lundi, on a appris que l'un des ministres de Sarkofrance, George Tron, ancien villepiniste débauché par le Monarque élyséen pour affaiblir son rival Dominique de Villepin, faisait l'objet d'une plainte pour harcèlement sexuel. Les langues se délient. Il manque l'Elysée.

Christine Lagarde est la favorite européenne pour succéder à Dominique Strauss-Kahn. La ministre de l'Economie semble peu affectée par ses déboires dans l'affaire Tapie. Mais voici que Mediapart ajoute deux autre dossiers au passif de la ministre : « la cour de justice de la République (CJR) a décidé de se pencher s'agissant du rôle de la ministre de l'économie et des finances, deux autres dossiers impliquant directement Mme Lagarde sont pendants devant la justice, selon des documents et témoignages recueillis par Mediapart.» Dans l'une des deux affaires, la ministre est accusée par une ancienne collaboratrice, chargée de mission de communication à Bercy, de « détournement de pouvoir » pour un licenciement qu'elle juge politique. L'autre affaire engage la cour de justice de la République, car la ministre Lagarde a stoppé, en octobre 2009, une enquête des services de son ministère « susceptible de mettre en cause la Bourse de Paris.»

0 comments:

Post a Comment

top