Infolinks In Text Ads

Front National

Il y a une remontée d'un Front National auquel Marine Le Pen aura redonné un second souffle..., mais uniquement par rapport à 2007. Sinon, depuis près d'une dizaine d'années, le FN se situe entre 15 et 18%, avec des pointes dans un certain nombre de régions. Il semble, en outre qu'il ait perdu 1 million de voix par rapport aux mêmes cantonales de 2004. Donc, je ne comprends pas ces cris d'orfraies ni ces appels à la République en danger. Par contre, il faut s'interroger sur les causes de la persistance d'un vote à ce niveau.

On peut, il faut, certes, incriminer la politique Ump, les dires et les faires de Jorg Copé qui dénonce le programme du FN mais pas ses idées, de Jean-Marie Guéant qui désigne les mêmes boucs émissaires, et du Conducator Sarkozy qui n'a cessé, depuis 2002, de mettre en avant des thèmes et des argumentaires nauséabonds. Mais est-ce suffisant ? De la part d'un Sarkozy qui rêve de réussir l'union de toutes les droites en France telle que les ont réalisées Aznar en Espagne et Berlusconi en Italie, peut-on s'en étonner ?


On vivait sur l'idée, en France et dans les démocraties modernes que l'usure ou les fautes, ou les choix ploutocratiques d'une majorité, devaient profiter à son opposition. Tout est institutionnellement fait pour ça, la Constitution et les modes de scrutin sont "sur mesure". Reconnaissons que si cela se réalise en petite partie, c'est un troisième larron qui semble cette fois  tirer le gros des marrons du feu et cela devrait préoccuper la gauche. 

Ceci dit, à côté du score des abstentionnistes qui disent à tous  "allez tous vous faire foutre, je ne joue plus à votre jeu", le score de Mme Le Pen est très médiocre et empêche de jouer à se faire peur. L'analyse des raisons de l'abstention est, pour la démocratie, au moins aussi importante que les raisons du vote FN. Elle démontre au moins que la gauche éprouve de grandes difficultés à récupérer les déçus du sarkozysme et qu'une partie de l'abstention (même si elle est majoritairement de droite) est constituée d'électeurs de gauche. Songez que le parti en tête au 1er tour de ces cantonales, le PS, n'obtient guère que 11% des inscrits...

Le score FN, hormis son noyau dur (5 à 8%), traduit une exaspération sociale. Le taux d'abstention, lui, porte aussi un rejet massif de la représentation et des moeurs politiques actuelles, aux mains des appareils.

Mme Le Pen, sans délaisser ses fondamentaux, a  sensiblement gauchi le discours de son père. Elle dénonce la baisse du pouvoir d'achat des français, mais, pour elle, la faute n'est pas aux oligarques du gang du Fouquet's qui s'en mettent plein les fouilles, mais aux étrangers qui viennent "manger le pain des français". Or la crise financière et ses effets économiques et sociaux ne provient pas des émigrés clandestins ou légaux, mais de l'infernale mécanique de la finance, française et internationale, qui n'en gagne jamais assez.

S'il y a trop de chômage, c'est encore la faute aux émigrés, mais l'a-t-on jamais entendu dénoncer les patrons des branches où fleurissent le travail clandestin ou noir, négriers jouant les aspirateurs? C'est pourtant ce qui permet de peser sur les salaires et d'expliquer: "Mais si tu n'es pas content, casse-toi"...

La Sécurité Sociale est en déficit ? C'est encore la faute aux émigrés, polygames de surcroît qui, on le sait, sont tous fraudeurs. Mais pas un mots sur les hyper-profits des laboratoires médicaux, et leur lot de médicaments-placebo, qui ont colonisé l'Agence Nationale de Santé par le biais d'experts dits-"indépendants"...

Les français n'arrivent plus à se loger à prix abordable ? C'est encore la faute à ces immigrés qui prennent leurs HLM, oubliant qu'aucune des promesses de construction de logements en nombre suffisant, depuis 10 ans, n'a été tenue, si ce n'est la défiscalisation spéculative des constructions outre-mer ou dans les départements qui n'en ont pas besoin, au grand bénéfice de ceux qui peuvent, ainsi, faire baisser leurs impôts ...

L'insécurité gagne ? C'est toujours la faute aux immigrés, presque tous dealers selon un journaliste médatique en vogue, mais pas celle de celui qui, depuis 2002 et une diarrhée législative, nous annonce la fin de l'insécurité toutes les semaines, qu'on va voir ce qu'on va voir, les voyous n'ayant qu'à bien se tenir,... Jean-Marie Guéant y rajoutant sa couche. Et le tout en supprimant 10 000 postes de gendarmes et policiers, en désaffectant massivement des commissariats décentralisés et en privant de présence policière les quartiers qui en ont le plus besoin. Comparez le nombre de policiers/habitants dans les Hauts de Seine et dans le 93...

Et l'on pourrait passer ainsi en revue tout l'argumentaire du FN et montrer qu'il ne conduit qu'à des impasses. Mais encore faudrait-il le dire, et le dire là où sont les électeurs populaires au lieu de leur laisser ingurgiter quotidiennement la soupe de TF1.

C'est ainsi, je crois, qu'il faudrait contrer les arguments du FN, plutôt qu'avec l'anathème de l'anti-républicanisme. Et ce n'est pas non plus avec des minimas à 12,5% des inscrits ou avec des désistements contre-nature, y compris pour des cantonales, qu'on le fera baisser. Sans parler du fait que, démocratiquement, il serait plus que normal qu'un courant représentant près de 18% des votants ait des élus.
Combattre le FN supposerait d'abord et surtout que les militants de gauche soient sur le terrain en dehors des deux mois de chaque campagne électorale, qu'ils se saisissent des problèmes, multiples et variés, que rencontre la population, qu'ils expliquent, qu'ils soient capables d'aider les plus défavorisés à s'organiser pour obtenir satisfaction, en un mot qu'ils militent au lieu de n'être que des agents électoraux et des supporters.
Mais, hélas, les partis traditionnels ne sont plus que des syndicats d'élus et d'aspirants-élu, le clientélisme règne et ce vote traduit bien la décrépitude de notre démocratie institutionnelle. 
  • "Quand le soleil de la démocratie est bas, l'ombre porte loin", Le Monde
  • Jacques Peyrat (candidat FN): "Sans donner des consignes précises de vote, je ne comprendrais pas que les électrices et électeurs qui m’ont témoigné leur confiance reportent leurs suffrages sur la personne bénéficiaire de la manœuvre électorale que je vais dénoncer auprès du tribunal administratif. D’autres membres éminents de l’UMP ne veulent pas donner une voix au Front national et préconisent un vote favorisant la gauche. Je comprendrais très bien que nos électeurs fassent de même", Nice-Matin
  • "Comment les métaphores programment notre esprit", InternetActu. ****
  • "Affaire Tapie : deux hauts-fonctionnaires renvoyés devant la Cour de discipline budgétaire", NouvelObs.

0 comments:

Post a Comment

top