Infolinks In Text Ads

Tribune



" Faire converger la gauche "


La gauche et singulièrement les socialistes doivent être les artisans d’une vaste coalition de progrès. L’heure n’est pas à la division, à la collection narcissique des différences et encore moins au sectarisme. Nous aurons à faire des choix qui marqueront notre véritable entrée dans le XXIe siècle. Nous n’avons pas à traverser une mer calme ; les vents sont contraires, souvent violents et des économies entières et même des Etats menacent déjà de faire naufrage. Le monde globalisé est une addition de mondes fragmentés. Le fiasco de Copenhague est symptomatique des limites de la gouvernance du monde.



Comme toujours dans ces périodes d’épreuves, il faudra faire l’inventaire du principal et de l’accessoire. Que ce soit sur la question essentielle du maintien des retraites, de l’emploi et de la formation, du droit des salariés à un patrimoine, du droit à l’éducation et de l’accès aux soins pour tous, de la prise en charge du grand âge comme de la sauvegarde de notre environnement, les défis à relever sont connus et immenses.

Seule une puissante et large majorité politique pourra les relever. Si des adaptations de notre système social sont à accomplir, ce ne peut être que pour l’améliorer. On ne sauvegarde pas le progrès au prix d’une régression marquée par la précarité des statuts et des revenus. Une réforme fiscale ambitieuse et équitable devra garantir l’effort de tous et d’abord de ceux qui peuvent le plus. La solidarité n’est pas une punition. La mobilisation sociale exigée demandera une démocratie partagée. Une nouvelle République, appelons-la VIe, doit mettre un terme à l’hyperprésidence et instituer un véritable pouvoir parlementaire, donner enfin son indépendance à la justice et traduire le pluralisme des médias dans les faits, associer enfin les citoyens à la prise de décision publique.

Le temps n’est plus aux pusillanimités politiciennes, ni aux jeux d’appareils artificiels, ni aux polémiques dégradantes. Nous aurons besoin de l’énergie de tous.

Il faut s’unir ! Nous devons réfléchir et proposer, tous ensemble, enfin dégagés des rapports de force qui n’ont rien à voir avec l’exercice de la pensée. L’élection présidentielle de 2012 et l’élection législative doivent être gagnées par tous ceux qui souhaitent réformer la société, la gauche, toute la gauche, socialistes, radicaux, communistes, les écologistes, les démocrates du centre et jusqu’à ceux pour qui le gaullisme signifie le refus de la soumission de l’Etat aux intérêts particuliers.

C’est la question démocratique qui détermine les alliances, pas l’inverse. La question démocratique gouverne la question sociale. Le dire ainsi rompt avec un confort du passé, devenu conformisme. Les régionales doivent être le banc d’essai de cette convergence pour que le rassemblement de toutes les forces au deuxième tour permette une victoire qui en annonce d’autres.

Tribune publiée dans Libération.

Signataires : Jacques Auxiette, Jean-Louis Bianco, Frédérique Bredin, Gérard Collomb, Thierry Coursin, Marc Daunis, Jean-Yves Le Drian, Vincent Feltesse, Aurélie Filippetti, Gaëtan Gorce, Jean-Pierre Masseret, Jean-Pierre Mignard, Jean-Jack Queyranne, François Rebsamen, Thierry Repentin, Monique Saliou, Gilles Savary, Jean-Marc Todeschini.

Parti Socialiste


" Pourquoi je soutiens Georges Frêche " : cliquer ici pour écouter l'interview de Gérard Collomb ce matin sur les ondes de RTL.

Olympique Lyonnais


Lyon redevient Lyon !

On avait l’impression de les avoir perdus eu égard à leurs dernières prestations à Gerland. Hier on les a retrouvés ! Tout y était : technique, engagement physique, solidarité, intelligence tactique ! Le Real Madrid, littéralement asphyxié, n’a rien pu faire. Pour ce match (200 000 demandes de places, décidément, il nous faut ce grand stade !), l’OL a renoué avec les plus grandes soirées de Ligue des Champions. Le public lui aussi était au rendez-vous. Tous les espoirs sont permis pour le match retour au stade Santiago Bernabeu, le 10 mars prochain. Demain, comme hier, je serai à fond derrière notre équipe !



Convention nationale du PS



"Pour permettre la mutation de notre modèle de développement vers une social-écologie, il faut mettre en œuvre de nouvelles technologies et encourager les innovations scientifiques.

Qu’est-ce qu’une nouvelle croissance ? C’est une croissance qui prend en compte les impératifs du développement durable et qui nous permet également d’être performants dans la concurrence mondialisée." 

Les rencontres "Recherches et innovation au service d'une nouvelle croissance" auront lieu demain, jeudi 11 février à partir de 18h00 dans le Grand Amphithéâtre de l'université Lyon II, 18 quai Claude Bernard, Lyon 7e.


Il reste des places ! Inscriptions par téléphone au 06 72 91 01 99 ou par e-mail en cliquant ici



Conférence Acteurs de l'Economie - IAE


" Entreprendre, une idée de gauche ? "


L’esprit d’entreprendre sera au centre du débat que j’aurai demain avec le député-maire PS d’Evry, Manuel Valls, et Gérard Debrinay, patron d’Algoé, sur le site de la Manufacture des Tabacs

L’intention des organisateurs (Acteurs de l’Economie et l’IAE de Lyon) est d’évaluer la capacité d’élus et acteurs de gauche à développer un discours sur l’entrepreneuriat.

Pour ma part, j’ai toujours défendu l’idée que c’est par l’action économique que se créent la richesse, et donc les emplois. Et si la crise est sans doute moins aigüe dans notre agglomération que dans d’autres territoires, c’est parce que nous avons fait en sorte, ces dernières années, de renforcer notre tissu économique, de le moderniser, de renouveler les filières traditionnelles, de créer de nouveaux champs d’excellence.

Bien évidemment la crise que traversent nos sociétés, – la plus grave depuis la grande dépression de 1929 et dont les conséquences se font ressentir chaque jour, – montre la nécessité de repenser nos schémas de développement en fonction des défis actuels.

En novembre, j’avais déjà eu l’occasion de donner à "Acteurs de l’Economie" ma vision sur ce que la gauche pouvait amener comme réponse à la crise économique et à la crise écologique, en rappelant que toutes deux puisaient aux mêmes sources : l’oubli du principe de réalité.

Cette vision, j’aurai l’occasion de la développer demain, en espérant vous voir nombreux assister à ce débat avec Manuel Valls, Gérard Debrinay et moi-même.

Renseignements : Cliquer ici




Gérard Collomb est l'invité de l'émission le "Oui / Non" de Michel Field, sur LCI, ce soir à 18h30.
top