Infolinks In Text Ads

Notre Projet pour Lyon


" Malgré la crise, continuer à aller de l'avant... "


C'est le 300e post que je vous livre sur ce blog. En cette veille de fêtes, je suis heureux de le consacrer à notre Projet pour Lyon !


Au cours de la dernière campagne électorale, nous avons proposé aux Lyonnais nos options, nos projets, notre vision de Lyon demain. Aujourd'hui, c'est ce dessein qu'il nous revient ensemble de mettre en oeuvre.

Bien évidemment, il nous faut tenir compte des contraintes fortes qui pèsent aujourd'hui sur l'action publique locale : contraintes économiques et financières, mais aussi transferts de charge de l'Etat peu ou tout simplement pas compensés, enfin, baisses des ressources fiscales liée au ralentissement des activités.

Notre métropole n'échappe pas à ces contraintes, même si notre situation financière est meilleure que celle de beaucoup d'autres villes. Rappeler ces réalités ne doit pourtant pas nous contraindre à renoncer à un projet ambitieux pour Lyon.

Notre ville a connu une vraie métamorphose au cours du mandat précédent qui va se poursuivre au cours des années qui viennent. Nous allons investir 100 millions d'euros par an au cours de ce mandat, tout en veillant à ne pas obérer les marges de manoeuvres de la ville sur le long terme.

Notre souhait est de donner un signal fort et positif à l'ensemble des acteurs de notre territoire.
Malgré la crise, Lyon en effet va continuer à aller de l'avant !

Bonnes fêtes à tous !

Lire le Projet pour Lyon : cliquer ici



Coopération internationale


" Lyon s'exporte à Rabat... "


J’étais la semaine dernière au Maroc où j’ai conduit une délégation d’élus et d’acteurs économiques de notre agglomération


Au cours de ce déplacement, j’ai signé avec Omar El Bahraoui, maire de Rabat, capitale du Maroc, la nouvelle convention de coopération entre nos deux villes.

Depuis plusieurs années Lyon et Rabat entretiennent des relations privilégiées qui ont pris un nouvel essor, en 2007, lorsque dans le cadre du Programme d’Aide à la Décentralisation du Maroc, nous avons été désignés pour apporter à Rabat une assistance dans le domaine des déplacements et des transports publics.


Outre ces deux domaines, nous avons proposé à nos partenaires marocains d’élargir nos échanges aux politiques de soutien aux jeunes entrepreneurs et de développement d’activités innovantes. Grâce à ses pôles de compétitivité et à sa stratégie "Grand Lyon l’Esprit d’Entreprise", notre métropole est en effet de plus en plus reconnue pour son expertise en matière de gouvernance économique.

Autre secteur d’activité au programme de ce déplacement : l’éclairage public. Rabat est très impliquée dans le réseau LUCI initié par Lyon. Nous allons renforcer notre coopération dans de nombreux champs liés à la lumière et à terme, poursuivre l’illumination de sites exceptionnels tels que ceux liés à l’aménagement de la vallée du Bouregreg.

Tout cela, bien évidemment, est extrêmement positif pour les relations d’amitié réciproque entre Lyon et le Maroc. C’est aussi, par ces échanges, des opportunités de développement nouvelles pour les entreprises de nos territoires respectifs. Je crois que dans le contexte actuel, toutes les initiatives allant dans ce sens méritent d’être mises en œuvre.



Concorde et solidarité


J'étais cet après-midi parmi les nombreuses personnes rassemblées à Saint-Priest, pour exprimer mon indignation à la suite de la tentative d'incendie perpétrée contre un lieu de culte musulman


Nous voulons que dans notre agglomération lyonnaise règnent la concorde et la solidarité. Et donc, chaque fois qu'un lieu de culte est victime d'une agression, comme celle qui s'est produite à Saint-Priest ce week-end, nous nous sentons profondément solidaires.

C'est pourquoi j'ai tenu à me rendre sur place pour exprimer la sympathie de l'ensemble des habitants de l'agglomération.
Nous voulons garantir que toutes les pratiques religieuses puissent être permises sur notre territoire et que chacun fasse l'objet d'un égal respect, d'une égale considération.



Hommage


" L'ami Tavernier "


J'ai remis samedi, dans les salons de la mairie, la médaille d'honneur de la Ville de Lyon à un très grand réalisateur : Bertrand Tavernier

Cela faisait longtemps que la ville où le cinéma est né voulait rendre hommage à Bertrand Tavernier. L'Institut Lumière le fait au travers d'une très belle rétrospective, jusqu'au 25 janvier 2009.
Au programme, plus de 25 chefs-d'oeuvre du cinéaste lyonnais à découvrir ou redécouvrir, comme "L'Horloger de Saint-Paul", "Le Juge et l'Assassin" ou encore "Capitaine Conan" que j'ai vu la semaine dernière.

Bien évidemment, c'est au grand metteur en scène que nous avons rendu hommage, mais aussi à l'infatigable cinéphile qui préside l'Institut Lumière depuis sa création, en 1982.

A cette occasion, j'ai évoqué le projet d'un Festival de cinéma à Lyon. La première édition est programmée à l'automne 2009. Ce sera l'occasion de poursuivre cette belle aventure cinématographique née dans notre ville grâce aux frères Lumière !

Pour lire mon discours d'hommage à Bertrand Tavernier : cliquer ici

Fête des Lumières 2008



" Une fête qui nous ressemble et nous rassemble... "



Nous voici à la veille de cette Fête des Lumières 2008. Un vent de magie et de poésie va souffler sur notre Cité. Pour la ville et ses partenaires, c’est chaque année un double défi.

Celui, d’abord, de la créativité sans cesse renouvelée. 4 millions de visiteurs arpentant la ville en quête d’émerveillement : nous n’avons, évidemment, pas le droit de les décevoir ! Il nous faut surprendre, faire que le spectacle offert soit à la hauteur des espérances du public, que l’émotion soit au rendez-vous.

Défi, ensuite, de la tradition. Depuis plus de 150 ans, c’est ce même geste spontané, d’amour, de partage, symbole du désir de tous les Lyonnais de vivre ensemble, dans une même Cité. Cette Fête des Lumières, au fond, c’est ce qui nous ressemble et nous rassemble.

C’est ce fil rouge entre passé et présent, tradition et modernité, transmission d’une identité et projection dans l’avenir.

C’est dans la vie de notre Cité, un moment unique.

C’est le festival de référence, le premier des événements de ce type à travers le monde. C’est le rendez-vous des amoureux de Lyon, de ceux qui aiment la ville, des passionnés de la création lumière.

Car avant tout, il y a la lumière : sublime, féérique, capable d’impressionner nos regards, de magnifier la ville, ses rues, ses places publiques, ses architectures, sa nature.

Alors oui, cette édition 2008, nous avons voulu qu’elle soit, plus que jamais, une invitation au rêve, à l’évasion, au merveilleux !





Tout savoir sur la Fête des Lumières 2008 : CLIQUER ICI


Champion's League


" Un grand Lyon ! "



Hier soir à Florence l'OL a réalisé une de ses plus belles performances européennes

Malgré un calendrier surchargé, malgré des blessures à répétition touchant le secteur défensif, notre équipe a su se transcender pour remporter une magnifique victoire face à la brillante équipe de la Fiorentina.

Hier soir tout y était : le brio, avec deux buts magnifiques et trois tirs sur la barre, le sang froid de notre gardien et de notre défense, la lucidité de notre milieu de terrain dominateur, la classe et la vitesse de notre superbe attaque. C’est une victoire collective d’une équipe soudée qui, je le sens, va passer cette année plusieurs tours en Champion’s League.

Rendez-vous le 10 décembre pour la finale du groupe contre le Bayern de Munich ! … Et en 2009, pour la suite des aventures européennes de l’OL !




" Lyon destination européenne ..."


ICT, Conférence sur la solidarité numérique, Semaines Sociales de France, Congrès de la presse… Lyon est au cœur des réflexions sur l’innovation, la recherche, la solidarité, le développement durable. Notre ville affirme ainsi son rang de destination européenne pour l’accueil des plus grands congrès et événements internationaux.



Grand rendez-vous européen des sciences et technologies de l’information et de la communication, ICT vient de se tenir à Lyon. Organisé dans le cadre de la Présidence Française de l’Union Européenne, cet événement rassemble quelques 4000 spécialistes : chercheurs, ingénieurs, industriels, décideurs politiques et économiques… L’enjeu est majeur puisqu’il s’agit de réfléchir au rôle et à l’influence de l’Europe pour les dix prochaines années dans ces secteurs d’innovation.


Dialogue : hier et aujourd’hui a lieu la Conférence de Lyon sur la Solidarité Numérique en présence de 300 experts internationaux. Cinq ans après le Sommet des Villes et des Pouvoirs Locaux sur la Société de l’Information, Lyon rassemble une nouvelle fois les acteurs de la lutte contre la fracture numérique. L’enjeu ? Mobiliser les Etats, mais aussi les entreprises et les citoyens autour de cette nouvelle forme de solidarité. Première étape : une journée mondiale sur Internet le 17 mai prochain. L’idée : organiser un "web-thon" mondial capable de mobiliser des millions d’internautes. Cette initiative innovante viendra en complément des autres sources de financement du Fonds Mondial de Solidarité Numérique.


A la Cité Internationale se tenaient vendredi les Semaines Sociales de France. Depuis leurs origines lyonnaises il y a plus d’un siècle, ces rencontres privilégient l’écoute, le dialogue, l’ouverture, avec la même volonté de mettre l’homme au cœur de toute réflexion, de tout projet. Pour regarder la vidéo de mon intervention :
cliquer ici

Cité Internationale encore, où avait lieu la semaine dernière le 16e Congrès national de la presse française.
Dans un contexte difficile, cet événement était très attendu. J’ai rappelé ma conviction quant au rôle fondamental de la presse dans toute démocratie. J’ai exprimé ma conception du rôle des médias dans le rayonnement de notre pays, comme de nos villes. Nous avons besoin de la presse, vecteur d’image et de notoriété. C’est pourquoi ces difficultés nous concernent tous. Mais l’espoir est permis puisque les médias écrits disposent des savoir-faire essentiels en termes de contenus. Or, quel que soit le mode de diffusion, il n’y a pas de média sans un contenu fiable, rigoureux. Oui, nous avons besoin de la presse écrite !



Grand Lyon ...


" Un territoire de référence "


Nous avons voté hier notre plan de mandat du Grand Lyon. Dynamisme économique, solidarité sociale et développement durable sont nos priorités pour faire du Grand Lyon un véritable territoire de référence


Le Carré de Soie à Vaulx-en-Velin, la Confluence, les Rives de Saône, le Grand Stade de l’OL ou encore la City à la Part-Dieu : la réalisation de ces grands projets est indispensable pour que notre agglomération soit de plus en plus compétitive. Cela est d’autant plus vrai dans le contexte actuel.

Assurer la vitalité de notre économie, mais aussi soutenir le dynamisme de nos entreprises, notre capacité d’innovation, l’excellence de notre recherche et de notre université, renforcer notre ouverture au monde : voilà les mots d’ordre de ce plan de mandat, sorte de feuille de route pour les investissements de la communauté urbaine de Lyon jusqu’en 2014.

Au total, ce sont près de 2 milliards d’euros que nous allons insuffler dans l’économie locale, plus encore que sous la précédente mandature.

Bien évidemment, nous le ferons en respectant scrupuleusement les exigences de gestion liée à la conjoncture et conformément à notre volonté de maintenir des finances équilibrées.



Ecouter l'interview de Gérard Collomb ce matin dans l'émission "C'est arrivé cette semaine" de Dominique Souchier sur Europe 1 : CLIQUEZ ICI

Congrès de Reims



Voici la dépêche de l'AFP à la suite de mon interview ce matin sur LCI.

"Direction PS : Royal candidate si d'autres présidentiables se lancent"

PARIS, 12 novembre 2008 (AFP) Gérard Collomb, premier signataire de la motion soutenue par Ségolène Royal, a estimé mercredi que cette dernière devait briguer le premier secrétariat du PS si d'autres présidentiables se lancent, tout en marquant sa préférence pour une "candidature de synthèse".

"Nous avions dit préalablement que le premier secrétaire ne devait pas être un présidentiable", a rappelé sur LCI Le maire de Lyon.

Mais, a-t-il poursuivi, si "d'autres présidentiables commencent à émerger et à présenter leur candidature, à ce moment-là, évidemment Ségolène Royal est déliée de l'engagement qu'elle avait pris et doit présenter sa candidature dans les prochains jours", a-t-il ajouté.

Ségolène Royal a "évidemment la légitimité" pour se présenter, a dit M. Collomb, jugeant qu'"avec 29% du vote des militants, sa motion est arrivée "assez loin devant les autres".

"Si elle doit y aller parce que les autres motions ont refusé un rassemblement autour de la motion qui est arrivée en tête, nous la soutiendrons. Mais aujourd'hui, notre préférence, c'est encore une candidature de synthèse qui permette de rassembler l'ensemble du parti", a ajouté le maire de Lyon.





Gérard Collomb sera mercredi matin l'invité politique de Christophe Barbier sur LCI. Diffusion à partir de 8h15.


Elections américaines


La belle et nette victoire de Barack Obama illustre de façon formidable le meilleur de la démocratie. Cette vivacité démocratique exemplaire nous vient des Etats-Unis

Les Américains ont ainsi choisi une véritable alternative pour leur avenir, pour la juste prise en compte des ressources naturelles de la planète, pour une autre vision du monde, et sur le plan intérieur pour une plus grande solidarité.

Ainsi, sans a priori idéologique, sans mise en cause des valeurs essentielles de patriotisme et de sécurité, l’Amérique a fait le choix de la jeunesse, de la diversité, de l’audace, et de la justice.

C’est le signe de la très grande maturité de la nation américaine, et c’est aujourd’hui un exemple pour la France et pour son monde politique.


Congrès de Reims



Bonjour à tous !


Voici les principaux extraits du tchat auquel j’ai participé hier sur le site du Nouvel Observateur sur le thème du Congrès de Reims. Bonne lecture à tous !



Question de : Yann Le Bihan
Comment résumeriez-vous les priorités que le PS pour l´emporter en 2012 ?

GC : Bonjour à tous les internautes, je suis heureux d´être avec vous en ce jour où la victoire de Barak Obama a fait se lever une espérance, non seulement aux Etats-Unis mais aussi dans le monde ! Espérance d´un monde plus libre, espérance d´un monde plus juste. Bel exemple de ce que peut produire une démocratie vivante. Concernant les priorités, je crois qu´il faut que la gauche s´inspire justement du modèle de Barak Obama : être capable de susciter du rêve par la profondeur de son discours et en même temps rendre la réalisation de ce rêve crédible.

Q : Internaute
Les entreprises ne sont pas aimées par la gauche alors qu´elles créent les richesses. Pourquoi ?

GC : Le PS aurait tort de ne pas parler de l´entreprise, de celles qui créent, qui innovent, qui produisent de la richesse réelle. Par contre, la crise financière montre qu´il avait raison de dénoncer les dérives spéculatives de l´économie mondiale.

Q : Claudine
Vous étiez bien plus sexy avec votre moustache. Pourquoi l´avez-vous rasée?

GC : Claudine, rappelez-moi quand vous m´avez connu ? Je sais qu´un certain nombre sont nostalgiques de ma moustache ! Moi, je le suis de l´époque où je la portais...

Q : Internaute
Est-il possible que le représentant d´une aussi grande agglomération soutienne une femme dont on voit, à son seul retard, l´aspect égocentriste et démesuré, faisant apparaître un instinct de revanche se limitant à sa seule personne ?

GC : Lorsqu´on connaît mieux Ségolène Royal, on découvre une personne au contraire très attentive aux autres, très en phase avec les milieux populaires, les jeunes, qui a une vraie sensibilité au monde d´aujourd´hui. Quant à son ego, je rappelle qu´elle a accepté de retirer sa candidature au premier secrétariat, ce qui prouve une vraie vision collective du PS.

Q : Noel Surle
La question des alliances est essentielle pour le PS : l´alliance avec le Modem est possible et souhaitable, pour un grand courant social démocrate responsable et crédible, capable d´assurer l´alternance dans quelques années. Mais si le PS persiste dans l´union avec les communistes et l´extrême gauche, il risque de rester éternellement dans une opposition stérile. Qu´en pensez vous ? Noel Surle, animateur scolaire Hyères

GC : Salut Noël. Comme vous le savez peut être nous avons gagné les élections municipales de Lyon parce que nous avons réussi à faire un vaste rassemblement qui aille de la gauche plurielle jusqu´à des adhérents du Modem se reconnaissant dans nos valeurs. C´est en suivant ce modèle que nous gagnerons aussi au niveau national.

Q : Claude
Comment voyez-vous l´avenir, et la recomposition, de la gauche française ? Etes-vous pour, ou contre, la création d´un grand parti unique ?

GC : Claude, si comme je le souhaite, nous organisions des primaires ouvertes pour la désignation de notre candidat ou de notre candidate aux présidentielles, je suis sûr que beaucoup d´adhérents des autres partis de la gauche plurielle viendraient y participer. Ce serait un premier pas dans la constitution d´un grand parti capable de porter les valeurs de la gauche.

Q : R. Perrin
La crise actuelle ne risque-t-elle pas de menacer sérieusement vos projets sur ce 2e mandat ?

GC : Je viens de présenter mon projet pour le Grand Lyon. Nous consacrerons 2 milliards d´euros pour les grands projets. Il me semble que cela est nécessaire pour soutenir l´activité dans l´agglomération. J´espère que les réformes gouvernementales ne viendront pas diminuer notre capacité d´investissement.

Q : Internaute
De l´action locale dans les projets lyonnais à votre engagement politique national avant ce congrès quelle est votre ligne de conduite, y a t-il des conflits d´intérêts ?

GC : J´ai le même discours au niveau national qu´au niveau local. Je trouve que rien n´est pire, en effet, que d´être dans une contradiction entre l´action et la parole. Je me souviens que c´est ce qui avait perdu l´ancien parti socialiste, du temps de la SFIO.

Q : Internaute
Que pensez-vous de la réforme administrative en cours concernant l´empilement des collectivités locales? Maud

GC Cette réforme est nécessaire, à condition qu´elle n´ait pas pour arrière pensée un pur objectif électoral. Car il y a aujourd´hui dans notre pays trop d´échelons administratifs. Les grandes métropoles en particulier me semblent être sous estimées, alors qu´elles constituent des forces dynamiques dans tous les autres pays européens.

Q : freemo
Quel est l´enjeu à Reims selon vous le choix d´un candidat au poste de premier secrétaire ou celui d´un projet ? Qu´est-ce qui identifie la motion E comme singulière ?

GC : La singularité de la motion E c´est de porter un projet associant étroitement économique, social et écologique, de vouloir privilégier la rénovation du parti par un renouvellement des équipes dirigeantes et par leur rajeunissement, d´avoir un parti plus décentralisé et plus ouvert sur la société, de souhaiter enfin organiser un système de primaires ouvertes.

Q : freemo
Premier signataire mais pas candidat à un poste de premier secrétaire, maire de Lyon gouvernant au centre mais socialiste s´engageant auprès d´une passionaria... Donnez-nous des clés pour comprendre Gérard Collomb...

GC : Ce qui me guide, c´est l´intérêt général, celui du PS, mais plus généralement, celui de notre pays. Je souhaite que demain, le PS soit à nouveau à même d´exercer le pouvoir au niveau national. Cela passe peut-être par des synthèses que j´ai sues réaliser au niveau local et dont je ne vois pas pourquoi elles soient impossibles au niveau national.

Q : internaute
Si la motion E venait en tête qui se présenterait comme premier secrétaire, Ségolène Royal, Vincent Peillon ou Gérard Colomb ? Ceci dit cela ne changera pas pour mon choix qui est la motion E !

GC : Nous commencerions d´abord par en parler avec les représentants des autres motions. Car il faut que le futur premier secrétaire soit une femme ou un homme à même de mobiliser l´ensemble des énergies au sein du PS. Pourquoi pas Vincent Peillon ?

Q : Rebecca
Pragmatisme, réalisme et convivialité semblent être vos maîtres-mots. Peut-on y voir les lignes directrices d´un programme pour le PS et la France ?

GC : Si ces mots devenaient les maîtres mots du PS pour le congrès de Reims, nul ne doute alors que ce congrès serait un congrès réussi. On pourrait y ajouter le sens des responsabilités, la volonté d´imaginer et de créer, alors le PS aurait sans doute de grandes chances de revenir au pouvoir.

Q : Jean-Louis (Paris)
Bonjour, Vous sentez-vous proche des idées d´Obama ?

GC : Oui, je me sens proche des idées d´Obama lorsque dans le premier discours qu´il adressait à la nation américaine, il se référait aux grandes idées de liberté, de justice sociale, d´égalité entre les hommes, de fraternité dans le monde. Je crois que ce type de discours fait passer un souffle nouveau dans le monde politique et qu´il devrait inspirer toutes celles et tous ceux qui se revendiquent des idées de progrès.


Merci à tous, ce tchat est toujours pour moi un moment de plaisir. C´est un moment de débat démocratique. C´est sans doute ce type de dialogue que devrait instituer un parti socialiste rénové. A très bientôt !


Tchat Nouvel Obs



Je répondrai aux questions des internautes ce mercredi 5 novembre, de 14h30 à 16h, lors d'un tchat organisé par le Nouvel Observateur. Posez dès à présent toutes les questions que vous souhaitez en cliquant ici.


Les Eurocities s’engagent à Lyon


Lundi, 43 villes membres des Eurocities ont pris à Lyon l’engagement de lutter contre le réchauffement climatique. D’autres suivront…


Partout le fait urbain s’impose à travers le monde. En 1950, par exemple, un homme sur dix vivait dans des villes. Dans quelques années, les deux-tiers de l’humanité vivront en milieu urbain. Si l’économie se développe dans les villes, c’est aussi le lieu où se créent les problèmes de pollution.

C’est pour cela que le climat est un sujet central pour nos villes et on voit bien que, derrière la crise actuelle, une autre crise existe liée au changement climatique.

A elles seules, les villes consomment en effet 75% de l’énergie mondiale et sont responsables à 85% des gaz à effet de serre. Principales contributrices aux effets de pollution, les villes sont aussi parmi les premières à en subir les effets.

Mais si elles sont à la source du changement climatique, elles sont également les mieux à même de faire évoluer la situation. C’est le cas, par exemple, en matière de mobilité urbaine. Car c’est dans nos villes que se construisent les grands réseaux de transports en commun ou que se développent les modes déplacements doux.

Avec Vélo’V, Lyon a d’ailleurs quelque peu révolutionné la pratique de ce mode qui semblait dépassé. Or, on voit bien que l’usage du vélo en ville est redevenu complètement habituel. Autre exemple : nos politiques d’urbanisme et d’habitat où là encore, plutôt que de continuer sur le modèle de l’étalement urbain, nous pouvons construire une ville plus dense qui se concentre autour des grandes lignes de transports en commun. Donc, une ville moins consommatrice du territoire et centrée autour d’un mode de déplacement moins lié à la voiture.

Enfin, nous avons aussi un rôle à jouer en matière de développement économique. A l’heure des "cleantechs", à nous d’inventer un modèle de développement plus soutenable. C’est cette volonté de faire que nos villes, en particulier celles d’Europe, soient au cœur de cette action pour la prise en compte des problèmes climatiques qui a inspiré les Eurocities.

C’est pour cela que nous avons créé, en 2007, un groupe de travail présidé par Nantes Métropole comprenant un grand nombre des Eurocities. Lundi, 43 d’entre elles ont pris l’engagement de lutter contre le réchauffement climatique. A partir de leurs propres expériences, comme les "plans climat" qu’à l’instar de Lyon, certaines villes ont lancés ces dernières années, l’objectif est de mettre l’Europe aux avant-postes de la lutte contre le réchauffement de notre planète.

Cette conférence à Lyon des Eurocities marque une étape importante, avant la réunion de Copenhague, en décembre 2009, où les chefs d’Etat devront se mettre d’accord sur un protocole d’après Kyoto et tracer les grandes lignes d’une politique mondiale visant à prendre en compte les changements climatiques.

Ce problème est crucial et nous ne voudrions pas qu’à Copenhague, il y ait un choix à opérer entre la lutte contre la crise économique et celle contre la crise écologique. Car pour nous, il s’agit de mener conjointement ces deux luttes complémentaires l’une de l’autre.




Je répondrai ce mercredi aux questions de l'émission "En toute Franchise", dans le "18/20" de France Culture (à Lyon, sur 88.8 ou 94.1 FM). Rendez-vous dès 18h20 !





"Repartir à zéro..."

L
e Musée des Beaux-arts de Lyon propose "Repartir à zéro", une superbe exposition que je vous invite à découvrir consacrée à l’art de l’immédiat après guerre, en Europe et en Amérique du nord


C’est en présence du peintre Pierre Soulages que nous avons inauguré la semaine dernière l’exposition "Repartir à zéro" au Musée des Beaux-arts.

Sont montrées quelques-unes des plus grandes œuvres de cette période de l’immédiate après-guerre jusqu’aux prémices de la guerre froide, en 1949.


En cette période lourde de traumatismes, nombre d’artistes avaient choisi de “repartir à zéro, de peindre comme si la peinture n’avait jamais existé”, pour reprendre l’expression du peintre américain Barnett Newman.


Le foisonnement artistique d’alors fut d’une étonnante intensité, avec des courants qui ont marqué l’art moderne comme l’action painting apparu à New York en 1946.

Cette période fut également une étape majeure dans la carrière des plus grands artistes du 20e siècle comme Pollock, Newman, Rothko, De Kooning, Poliakoff, Picabia, Dubuffet, Gorky, Soulages, Hartung (oeuvre ci-contre ©Adagp Paris 2008), Van Velde, De Staël ou encore Tapiès…

Beaucoup de leurs chefs-d’œuvre sont rassemblés ici pour la première fois grâce au concours de nombreux musées et collectionneurs internationaux.

A découvrir absolument !



"Repartir à zéro, comme si la peinture n'avait jamais existé", exposition reconnue d’intérêt national, Musée des Beaux-arts de Lyon, 24 octobre 2008 – 2 février 2009


Gérard Collomb, invité des Matinales de Canal Plus







Bonjour à tous !


A une écrasante majorité, les sénateurs ont refusé hier soir de modifier la loi SRU qui astreint les communes de plus de 3500 habitants à un seuil minimum de 20% de logements sociaux. Dans le Rhône, je me réjouis du vote de mes collègues sénateurs qui, à l’unanimité, ont voté contre cet article porté par le gouvernement dans son projet de loi sur le logement


Défendue par la ministre du logement, cet article du projet de loi "de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion" visait à intégrer dans la part du logement social des logements en accession à la propriété, c’est-à-dire de l’habitat appartenant aux ménages les plus modestes.

En fait, cette idée était évidemment un mauvais coup porté au logement et à toutes les politiques que nous menons dans nos territoires afin de promouvoir une vraie mixité sociale et rompre avec toute logique de fractures urbaines et sociales.

D’ailleurs, cet article a suscité un refus bien au-delà des clivages, puisque l’amendement demandant sa suppression a été déposé par les groupes PS, PC, centristes et des sénateurs… de l’UMP !


Ce refus catégorique des parlementaires, de la majorité comme de l’opposition, traduit bien évidemment un certain malaise général. Car dans la situation difficile que traverse le logement, cette proposition nous est apparue comme une vraie provocation. Je crois qu’au fond, c’est ce message que nous avons adressé au gouvernement.

En tant que maire, c’est également le moment de réaffirmer l’engagement de la majorité des élus locaux en faveur de leurs concitoyens les plus fragiles, en poursuivant leurs efforts aussi bien en matière de construction de logements locatifs dans nos communes, qu’en matière d’accession sociale à la propriété.




Bonjour à tous ! Je serai ce mercredi 22 octobre l'invité politique de "La Matinale" sur Canal Plus, à partir de 7h45.

Communautés urbaines


Bonjour à tous !


Jeudi et vendredi dernier, j’étais à Brest à l’occasion des 36e Journées des Communautés Urbaines de France



Q
uelques chiffres suffisent pour se faire une idée de l’importance des communautés urbaines dans notre pays. A elles seules, les 14 communautés existantes aujourd’hui représentent 355 communes et un Français sur dix.

Créée en 1985, l’Association des Communautés Urbaines de France se veut à la fois un espace d’échanges de bonnes pratiques et une force de proposition qui défend nos communautés comme des acteurs incontournables de l’organisation des territoires.
A l’instar de mes collègues qui avaient fait le déplacement à Brest, j’ai fortement regretté l’absence de tout ministre du gouvernement à cette rencontre annuelle qui est un temps fort dans la vie des communautés urbaines. C’est d’ailleurs la première fois que cela se produit dans l’histoire de l’ACUF !

Cette absence traduit d’abord une ignorance de l’importance du fait urbain et disons-le, une certaine désinvolture dans la façon dont le gouvernement traite nos grandes agglomérations. Au-delà, cette absence n’est pas rassurante. Car au fond, elle cache mal le tour de vis que le gouvernement s’apprête à opérer sur le financement de nos collectivités.


Cela tombe au plus mal, car c’est justement durant cette période de crise que les communautés urbaines, par leurs investissements, ont un rôle moteur pour notre économie. Aujourd’hui, on risque tout simplement d'ajouter de la dépression et d’hypothéquer l’avenir de nos territoires.

Alors qu’en Europe, Barcelone ou Manchester sont en train de construire le grand Barcelone ou le grand Manchester, en France on se dirige vers une forte recentralisation.

C’est pourquoi, pour relancer la machine, le plus simple serait de réorienter la loi de finances 2009. Ainsi, nous éviterions demain le risque de n’être plus que les commissionnaires de ce qui a été décidé à Bercy !




Bonjour à tous !


Ces jours-ci, je consacre la majeure partie de mon temps à travailler avec mes équipes, Adjoints à la Ville de Lyon et Vice-présidents au Grand Lyon, au plan de mandat, c’est-à-dire à ce qui sera notre feuille de route pour les prochaines années


Certes, ce plan de mandat sera fidèle à nos engagements. Pour autant, nous devons tenir compte de la conjoncture en faisant preuve de vigilance et de prudence dans les investissements que nous réaliserons. Conjoncture que rend difficile la crise financière internationale, évidemment ; mais aussi l’attitude d’un Etat qui, tout en se déchargeant de ses compétences régaliennes sur nos collectivités, fait peser sur elles une très forte pression fiscale. D’ailleurs, je vous invite à écouter les propos que j’ai récemment tenus à ce sujet sur France 3 (cliquez ici).

Dans un tel contexte, inutile de préciser qu’il nous faut redoubler d’efforts et d’imagination pour penser l’avenir de nos grandes agglomérations. D’ores et déjà, je peux vous dire qu’à Lyon, nous avons engagé depuis plusieurs semaines un travail collectif de très grande qualité, tant à la ville, qu’au Grand Lyon.

Oui, nous allons poursuivre la transformation de Lyon avec de grands projets. Nous allons continuer à offrir aux Lyonnais une vraie qualité de vie. Nous allons faire en sorte de construire une ville encore plus forte dans sa cohésion et sa solidarité avec les plus fragiles de nos concitoyens. Nous misons sur la création, sur l’innovation, car nous voulons une métropole responsable, capable d’apporter une réponse concrète aux grands défis qui se posent à nous, ceux de l’écologie en particulier.

En cela, nous serons fidèles aux engagements qu’avec mes équipes, nous avons pris et pour lesquels les Lyonnais nous ont accordé massivement leur confiance.



Congrès du parti socialiste


"Cher(e)s Ami(e)s,

Vous trouverez ici la motion "L'espoir à gauche, fier(e)s d'être socialistes".

Cette motion est le résultat d’un travail collectif, d’une large participation de militants, de chercheurs et de femmes et d’hommes politiques.
Vous pouvez y apporter votre signature en cliquant ICI.

Soyons nombreux à porter le changement. »



Congrès du parti socialiste

Avec des personnalités comme Jean-Jack Queyranne, Jean-Louis Touraine, Thierry Philip et un certain nombre d'élus de la région, nous avons présenté ce matin au Club de la Presse notre engagement commun en vue du congrès de Reims

Lors de cette rencontre, j'ai tenu à réaffirmer que je n’ai pas d’enjeu personnel dans ce qui se passe au sein du PS aujourd’hui. Je ne cherche aucun poste, et ma priorité est bien sûr Lyon et les Lyonnais.

Mais j’ai des convictions fortes sur l’avenir de notre société, sur l’économie, sur le vivre ensemble, et je souhaite vraiment promouvoir ces convictions au sein de ma famille politique, et plus largement sur le plan national.

Ces convictions reposent sur l’idée simple qu’il faut favoriser la création de richesses, et donc faciliter la vie et le développement des entreprises, afin ensuite de mieux partager le fruit de ces richesses, de proposer de l’emploi au plus grand nombre, de bâtir une société juste et équitable. Il faut donc se débarrasser des anciens clivages, et proposer un consensus large autour de ces idées de développement économique, de régulation et d’équité.

C’est une nouvelle ère politique qui peut ainsi s’ouvrir, fondée sur la mobilisation du plus grand nombre et non sur des luttes de partis ou de clans.


Quel qu’en soit le résultat pour moi-même, je suis sûr que ma démarche n’est pas inutile ; avec mes collègues élus de grandes collectivités, nous avons su créer un mouvement. Nous avons proposé une vision plus moderne de la société, plus ouverte, plus fédératrice, plus mobilisatrice, plus enthousiasmante aussi !

Je suis d’ailleurs renforcé dans mes convictions par l’expérience menée à Lyon. Ici, nous savons tous nous mettre au travail ensemble dès lors qu’il s’agit de faire avancer la ville. C’est cette vision et cette expérience que je souhaite faire partager par mon engagement actuel, à la veille de ce congrès.


Je tiens à adresser un message très déterminé aux Lyonnais : si le mode de développement de Lyon peut être un modèle sur le plan national, je veux d’abord m’occuper de la Ville et de l’agglomération. Ma priorité, je n’en change pas… c’est Lyon !





Je serai samedi prochain l'invité de l'émission "La voix est libre"diffusée à 11h30 sur France 3 Rhône-Alpes.


Bonjour à tous,

Marseille sera la ville française Capitale Européenne de la Culture en 2013. Telle est la décision prise, hier, par les treize membre du jury chargés d'examiner les candidatures

Au nom de la Ville de Lyon, j'ai évidemment tenu à féliciter la municipalité de Marseille, l’équipe Marseille 2013 et l’ensemble des habitants de la Cité phocéenne pour cette victoire. Nous leur souhaitons de réussir à faire de cette année 2013, une année exceptionnelle sous le signe de la créativité, de l’art et de la culture qui puisse rayonner bien au-delà de nos frontières.

Je veux saluer également l’ensemble des villes en compétition, qui ont toutes proposé des dossiers d’un excellent niveau. Nous avons particulièrement apprécié l’esprit positif dans lequel s’est déroulée cette finale.

Enfin, je veux remercier chaleureusement l'équipe de Lyon 2013, et l’ensemble des acteurs du milieu culturel et économique qui se sont mobilisés à nos côtés pour proposer un programme particulièrement riche et exigeant.

Durant des mois, la préparation du dossier de candidature a servi de laboratoire à idées. Et ces rencontres transdisciplinaires, ces projets innovants, la dynamique enclenchée demeurent une force de proposition pour mieux inventer une nouvelle urbanité pour les Lyonnais, demain…


Biennale de la Danse


Bonjour à tous !



Cette semaine a évidemment été marquée par le lancement de la Biennale de la Danse à Lyon. Un événement culturel majeur qui fête cette année ses 25 ans. Et bien évidemment, l'événement du week-end est le grand Défilé, dimanche, sur la Presqu'île

42 compagnies, 600 artistes en provenance d'une vingtaine de pays, plus de 85000 spectateurs... Les chiffres donnent le tournis ! En fait, ces chiffres révèlent surtout le succès de cette biennale de la danse.

A l'origine de cette aventure extrordinaire, il y a Guy Darmet. Son idée au départ était de "casser l'image élitiste de la danse en lui rendant sa juste place, celle d'un art populaire".


Pour ma part, j'ai assisté mardi à la Maison de la Danse à la représentation de "Good Morning , Mr Gershwin", donnée en ouverture de cette biennale par la Compagnie Montalvo. Un très beau spectacle.

Pendant trois semaines, c'est toute notre métropole qui vit au rythme de la danse. Je vous invite à découvrir toute la programmation en cliquant ici.


Et, bien évidemment, je vous donne rendez-vous dimanche pour le grand défilé. Rendez-vous à 15h00, des Terreaux à Bellecour, le long de la rue de la République.

Bon week end à tous !




Je serai demain l'invité de Gérard Angel dans son émission les "Scoops du Grand Lyon". Retrouvez cet interview dès 8h15 sur les ondes de Radio Scoop, 92 FM.



Bonjour à tous !



Les Lyonnais s’aperçoivent que leur ville a beaucoup changé pendant l’été. Il est vrai que dans tous les quartiers, les choses bougent



En invitant les journalistes, mercredi, sur des chantiers en cours de réalisation, j’ai voulu montrer que les grands projets urbanistiques que nous menons actuellement ne concernent pas seulement ceux que tous les Lyonnais désormais connaissent, comme La Confluence ou La Duchère.

Mais que ce mouvement de modernisation de notre agglomération s’étend aujourd’hui vers l’Est, avec la construction de la Tour Oxygène à la Part-Dieu (photo ci-dessus), celle de Pixel, le pôle dédié aux industries numériques et créatives à Villeurbanne, ou encore celle du Carré de Soie, le long de Léa, où c’est un projet extraordinaire qui est en train de sortir de terre.

Peu à peu, grâce à ces projets ambitieux, c’est la première couronne de notre agglomération que nous reconquérons pour l’intégrer pleinement à la dynamique lyonnaise.


Toujours à propos de cette transformation de notre métropole, je vous invite à découvrir "Rives créatives", exposition présentée sur la péniche du Grand Lyon amarrée sur les berges du Rhône, à hauteur du pont Lafayette.

Vous y découvrirez le nouveau visage de La Confluence, la mutation et la reconquête des rives urbaines du Rhône et de la Saône.

"Rives créatives, Art & Architecture au Fil de l'Eau"
, Berges du Rhône, péniche du Grand Lyon, jusqu'au 28 septembre 2008.


Autre temps fort sur lequel je souhaite revenir : la Libération de Lyon, le 3 septembre 1944
, que nous avons commémoré en mairie mercredi. Vous avez été nombreux à me demander mon discours. Pour le télécharger, cliquer ici.



Bonjour à tous !



Demain, c’est la rentrée. Plus de 30 000 petits Lyonnais vont retrouver les bancs des quelques 200 écoles de la ville. Chaque année, cette journée est un temps fort auquel je suis personnellement très attaché, comme citoyen et parent, bien sûr. Mais aussi comme élu qui doit beaucoup à l’école de la République et qui a toujours fait de l’éducation une priorité absolue

Avec 18% de son budget consacré au secteur scolaire, Lyon montre sa volonté d’offrir à ses enfants les meilleures conditions d’éducation. La rénovation de l’école maternelle Audrey Hepburn à Vaise, l’extension du groupe scolaire Jean Racine rue Crillon dans le 6e ou encore celle de Ferdinand Buisson dans le 5e sont quelques exemples que nous aurons l’occasion de découvrir demain parmi les nombreux chantiers scolaires que nous avons entrepris. Cette rentrée sera également marquée par l’achèvement de l’ambitieux plan d’informatisation de l’ensemble des écoles que nous avions lancé en 2003.

A l’avenir, nous allons poursuivre dans cette voie avec des objectifs clairs : meilleure répartition des élèves dans les écoles, transparence des critères de dérogation, pérennisation des Mercredis de Lyon pour les 6-11 ans, renforcement de la capacité d’accueil en centres de loisirs associatifs maternels, effort soutenu en matière d’intégration des enfants porteurs de handicap, accueil périscolaire performant, poursuite des programmes d’éducation artistique et de réussite éducative dans les quartiers prioritaires pour contribuer à l’égalité des chances…

Evidemment, tout cela demande une forte mobilisation matérielle et humaine. Je pense naturellement aux 1440 agents permanents et aux 1800 salariés occasionnels du secteur scolaire lyonnais, ainsi qu’à l’ensemble des équipes médico-sociales et sportives qui toute l’année accompagnent les jeunes Lyonnais dans leurs activités. Ces femmes et ces hommes font un formidable travail. Demain, j’aurai aussi l’occasion de rappeler combien leur rôle est important pour l’avenir de notre pays.


Congrès du parti socialiste

Télécharger notre contribution "La Ligne Claire" : cliquer ici


Bonjour à tous !


J’étais cette semaine à New York où j’ai emmené une délégation d’élus, de décideurs économiques et d’acteurs culturels à l’occasion de la réouverture d’une ligne aérienne directe entre la Big Apple et la métropole lyonnaise


Cette ligne entre Lyon et New York a ouvert avec un premier vol cette nuit de la compagnie Delta Airlines reliant les aéroports JFK et Saint-Exupéry.

Ce matin, un autre avion décollait de Lyon pour New York. La fréquence hebdomadaire est de 5 vols aller-retour jusqu’à la fin de cet été, puis 4 vols dès septembre. Cette liaison transatlantique tant attendue va permettre d’échanger encore plus en termes d’affaires, de culture, de tourisme...

Cette ouverture marque d’abord la reconnaissance de Lyon parmi les grandes régions européennes les plus attractives.

C’est évidemment une formidable récompense pour l’ensemble des partenaires qui se sont mobilisés, comme le Club des Entrepreneurs pour les Aéroports de Lyon, initiative commune du Grand Lyon et de la CCI. C’est également une étape importante pour l’avenir du hub européen Lyon Saint-Exupéry aujourd’hui en plein essor malgré un contexte international fragile lié à la hausse des cours du pétrole.

Si elle est une nouvelle importante pour le rayonnement de notre métropole, cette ligne l’est aussi pour la région et le grand Sud Est tout entiers comme pour le devenir des relations Europe – Etats-Unis.

Il est désormais plus facile et plus attractif d’accéder à cette vaste zone géographique en passant par Lyon plutôt que par Paris ou par Heathrow. A Lyon, ce vol offre des correspondances vers 32 destinations européennes situées à moins de 2 heures et à New York, vers 18 villes américaines comme Atlanta, Chicago, Los Angeles ou Detroit qui intéressent fortement les entreprises de notre région. Cette nouvelle liaison est aussi une excellente nouvelle pour les quelques 5000 ressortissants des Etats-Unis vivant dans notre région et les quelques 400 entreprises américaines qui y sont implantées avec des groupes importants comme Electronic Arts, Carrier mais aussi Genzyme…

Nous vivons une période de forte accélération des échanges mondiaux du point de vue économique, mais aussi culturel et artistique.

Au cours de ces trois journées à New York, nous avons eu l’occasion d’échanger dans de nombreux domaines. Avec Sylvie Ramond, conservatrice du Musée des Beaux-Arts, nous avons visité le célèbre MOMA – un moment inoubliable ! – et nous envisageons de monter une exposition à Lyon.

Dans un autre registre, les responsables de "Sport dans la Ville" nous ont permis de découvrir le formidable travail de l’association "Harlem RBI".

Nous sommes également allés à la rencontre des Lyonnais de New York : ce réseau est un formidable levier pour le développement de cette dynamique entre la métropole lyonnaise et la région des Tri-State, dans les domaines économiques, culturels, gastronomiques ou sportifs…

La qualité de ces échanges et l’ouverture de cette ligne Lyon – New York est une nouvelle illustration de la reconnaissance de notre métropole à l’international et de son ouverture au monde. J’en suis évidemment très heureux et déterminé à poursuivre ensemble notre engagement pour l’avenir de Lyon !

Ce post est le dernier que je vous livre sur ce blog avant des vacances que je vais passer en famille dans les prochains jours. Je vous souhaite à toutes et à tous de passer un excellent été et vous donne rendez-vous à la rentrée !




Télécharger notre contribution "La Ligne Claire" : cliquer ici

top