Infolinks In Text Ads

00’s…

Hier, à la Sucrière, Stéphanie Moisdon et Hans Ulrich Obrist, les deux commissaires de la Biennale d'art contemporain de Lyon ainsi que Thierry Raspail, directeur artistique, présentaient leur projet à la presse.
Après "C’est Arrivé Demain" en 2003 et "Expérience de la Durée" en 2005, le projet de cette 9ème édition a été conçu à la manière "d’une exposition et d’un livre d’histoire écrit à plusieurs". Leur ambition?
"Nommer l'art de cette décennie" et faire de cette biennale intitulée "00’s" une référence. Un pari audacieux dans un contexte mondial de l’art en pleine effervescence avec plus de cent biennales d’art contemporain à travers la planète, soit une biennale qui ouvre tous les trois jours !
Rendez-vous pris le 19 septembre…

Romans sans frontières

J’ouvre ce soir avec Guy Walter, directeur de la Villa Gillet, les premières Assisses Internationales du Roman aux Subsistances. Cet événement exceptionnel se tient pendant cinq jours avec les plus grandes voix de la littérature mondiale : Russel Banks, Tariq Ali, Erri de Luca, Alaa El Aswany, Tobias Hill, Leslie Kaplan et bien d’autres encore comme la jeune Française Chloé Delaume.
Ces premières Assises Internationales du Roman sont une forme d’aboutissement et de reconnaissance du formidable travail accompli à Lyon par la Villa Gillet depuis vingt ans pour que vivent et s’épanouissent les formes les plus diverses de la littérature contemporaine. C’est aussi l’événement qu’a choisi notre partenaire Le Monde des Livres pour fêter ses quarante ans. Une fois de plus les Subsistances font bouger Lyon avec des rendez-vous culturels originaux et de très grande qualité dont on parle partout et qui séduit un très large public. C’est le signe d’une ville qui crée, qui innove, qui s’ouvre au monde. Je souhaite à tous une excellente première édition de ces Assises Internationales du Roman. Tout le programme est sur le site de la Villa Gillet.

Tous ensemble contre l'indifférence!

Pour la 8ème année la Fête des Voisins revient dans toutes les villes de France et d'Europe. Cette belle initiative vise à rapprocher entre eux les habitants d'un même immeuble en partant du constat que nos institutions ne peuvent assurer seules la nécessaire solidarité entre tous nos concitoyens. Je suis convaincu que seuls, l'Etat et nos collectivités ne peuvent répondre à tous les besoins quotidiens de chacun, en particulier dans les grandes villes où des personnes vivent dans le plus grand isolement, dans la plus grande solitude, sans famille, sans amis, sans voisins. C'est pourquoi la Fête des Voisins est un rendez-vous important auquel je vous invite à participer car il crée de nouvelles formes de sociabilité et renforce le désir de vivre ensemble.
C'est par ce genre d'événement que l'on peut faire de nos différences, de générations, d'origines, de croyances, un vrai facteur d'enrichissement mutuel. C'est à partir de cette conviction que j'ai souhaité multiplier à Lyon les rencontres entre tous les habitants au travers de grands événements populaires comme la Fête des Lumières, les Guinguettes, Sous les Arbres, les Nuits Sonores, les festivals Y Salsa et l'Oiginal, mais aussi au travers de lieux de brassage des cultures et de mixité sociale comme les berges du Rhône, le parc de la Tête d'r et sa Plaine Africaine, le parc de Gerland et demain La Confluence ou encore le Carré de Soie, situé entre Villeurbanne et Vaulx-en-Velin. Alors, demain, soyez tous au rendez-vous de la Fête des Voisins et soyez ainsi dans votre quartier, dans votre rue, dans votre immeuble, les acteurs d'une plus grande solidarité dans la Cité!

ONLY LYON ! (Seulement LYON!)

Il pleuvait hier soir à Gerland et plus encore Place des Terreaux au moment de l'arrivée des sextuples Champions de France à l'Hôtel de Ville.«Les larmes du ciel» se mêlaient ainsi aux larmes de joie, d'émotion et de nostalgie.
Car hier avec le Président Aulas, avec les joueurs de l'OL, avec les supporters chantant sous et malgré la pluie, nous avons fêté plus qu'un 6ème titre. Nous avons fêté l'extraordinaire aventure humaine d'un club, qui, année après année, associe succès sportifs et économiques et esprit de famille.
Hier soir deux membres éminents de la famille, le capitaine Claudio CACAPA et l'entraîneur Gérard HOULLIER jouaient leur dernier match avec l'OL. Et la famille toute entière a su leur dire merci !
Il pleuvait hier soir Place des Terreaux, mais le soleil était dans nos coeurs.
6 fois champion il n'y a que LYON !

De retour de Leipzig…

C’est en tant que Président des Eurocités, réseau qui rassemble les 130 plus grandes métropoles européennes, que je me suis rendu à Leipzig pour deux journées de travail intenses et passionnantes. Je reviens à Lyon très satisfait de ce grand sommet international qui avait pour thème le développement durable.
Notre objectif ? Renforcer l’influence des villes au sein des institutions européennes. Et il est très rare qu’un représentant des villes puisse ainsi s’adresser directement à l’ensemble des ministres européens en charge du développement urbain et de la cohésion sociale !
C’est pourquoi ce type de rencontres est si important pour l’avenir de nos villes. Car je suis convaincu que c’est à travers ces échanges que l’Europe pourra avancer concrètement sur des sujets aussi fondamentaux que l’environnement, le développement économique et la cohésion des territoires.
D’ailleurs, l’élection de Lyon à la présidence des Eurocités en novembre dernier a constitué une formidable reconnaissance pour notre métropole et un bon en avant considérable pour son influence à l’international. C’est le signe aussi que nous menons à Lyon des projets qui font école partout en Europe. C’est enfin une très belle reconnaissance du savoir-faire et de l’expertise de tous les acteurs lyonnais engagés dans l’aménagement de notre territoire et dans les enjeux du développement durable.

Rendez-vous samedi pour leur dire Merci !

Depuis que je suis Maire de Lyon, j'ai (presque) toujours connu ça : l'OL champion de France... et je ne m'en lasse pas !Certains disent que je porte chance à l'équipe, mais j'ai assez de lucidité pour savoir qu'une telle continuité au plus haut niveau ne doit rien à la chance mais beaucoup au travail, au talent et à l'intelligence des dirigeants, des entraineurs et des joueurs.
Il y a quelques jours, j'ai participé au 20e anniversaire de Présidence de Jean-Michel Aulas organisé par le Progrès... L'occasion de mesurer le chemin parcouru de la 2e division à la sixième couronne nationale consécutive. Cette saison est d'ailleurs à marquer d'une pierre blanche puisque les filles de l'OL ont elles-aussi décroché le titre de championne de France. La parité à Lyon existe même au niveau du foot !Pour fêter votre club, je vous convie tous samedi prochain, à l'issue du dernier match à Gerland conte Nantes, pour la parade des cordeliers à l'Opéra, parade qui se terminera par la présentation du trophée par les joueurs sur la place des Terreaux sur le coup de minuit - 1 heure..., comme l'an dernier... et j'espère, comme l'an prochain !
Je profite d'un petit moment d'apaisement dans mon programme de Leipzig où j'anime une réunion des maires des grandes villes européennes pour vous dire deux mots de ma visite d'hier place Bir-Hakeim. Les Lyonnais qui me croisent souvent dans les rues savent que j'apprécie ces moments vrais, où on peut échanger et dialoguer ensemble sur la réalité quotidienne des quartiers. Ce contact direct avec nos concitoyens est pour moi fondamental.
Et ma visite sur ce terrain du 3ème arrondissement me l'a encore confirmé ! Car au fond, que me disent les habitants ? Sans détour, ils parlent de ces petits dysfonctionnements qui en eux-mêmes sont souvent bénins, mais qui répétés jour après jour se révèlent au bout du compte insupportables.
Ma conviction profonde est qu'il ne faut jamais laisser s'installer ces dégradations qui portent atteinte au bien être de chacun et nuisent à l'intérêt général. C'est pour résoudre de façon concrète ces petits problèmes que je multiplie ces visites de proximité.
Bien évidemment, il n'est pas toujours possible d'apporter dans l'instant toutes les solutions à tous les problèmes, comme d'un coup de baguette magique! Prétendre le contraire serait mentir. De même on se rend bien compte que ces petits tracas qui empoisonnent le quotidien des riverains - la propreté, les petites incivilités, bref, tout ce qui détériore notre volonté de vivre ensemble - est bien souvent le fait d'une toute petite minorité. Améliorer le cadre et la qualité de vie de tout un chacun, dire la vérité aux habitants et insister sur notre responsabilité collective : c'est pour tout cela que ces visites me tiennent à coeur ! C'est ma conception depuis toujours du rôle et de la responsabilité du maire d'une grande ville comme Lyon. C'est tout le sens de mon engagement en politique. D'ailleurs, je serai samedi place Ambroise Courtois, dans cet autre quartier à la lisière des 3ème et 8ème arrondissements. Comme hier place Bir-Hakeim, j'espère vous y voir nombreux !

Lyon récompensée... deux fois !

C'est en écoutant la radio, la semaine dernière, que j'ai appris la bonne nouvelle

La revue Alternatives Économiques, dans un numéro hors-série consacré au développement durable, a classé le Grand Lyon au rang des collectivités qui, en France, sont les plus actives dans ce domaine, aux cotés de Lille, Nantes, Grenoble ou encore Rennes. C'est la deuxième fois, en moins de trois mois, que notre territoire est reconnu pour ses efforts dans les domaines de la protection de l'environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique. En février, le cabinet indépendant BMJ Ratings a donné la note A+ à la communauté urbaine pour la performance et l'homogénéité de son action en matière de développement durable.

Al Gore, dans son ouvrage « Urgence Planète Terre » identifie trois causes au réchauffement climatique, trois facteurs qui ont radicalement changé la relation que l'homme entretient avec la nature : l'explosion démographique, la formidable accélération de la technologie et celle de la consommation qui ont considérablement intensifié l'impact de chaque individu sur son milieu naturel, et ce que l'auteur nomme « notre concentration obsessionnelle sur la pensée à court terme » qui, je cite, « nous a mené à exclure systématiquement de nos décisions et de nos politiques, la considération des conséquences à long terme de nos actes ».
Je crois qu'il existe un quatrième facteur : la croissance urbaine qui fait de la ville, aujourd'hui, le lieu de vie de plus d'un humain sur deux. En 1950 -c'est à dire hier seul 1 homme sur 10, seulement, habitait la ville et selon les prévisions de l'ONU, en 2030, cette proportion sera de 2 sur 3. Rassemblant populations, activités économiques et l'essentiel des flux de transports, les métropoles, comme Lyon, sont, tout à la fois, le principal lieu d'émission de gaz à effet de serre et l'échelon territorial stratégique pour la mise en oeuvre du développement durable.
Le résultat en matière d'amélioration de la qualité de l'environnement est toujours le fruit d'une addition d'efforts. Rééquilibrer les modes de transports (au profit des moyens non polluants et des transports en commun), veiller à la consommation d'énergie des constructions nouvelles, de l'éclairage public, ou encore s'attacher à préserver les ressources naturelles comme l'eau.
La création de Velo'v, le renforcement de l'offre de transports publics, les réalisations d'immeubles et d'équipements nouveaux en haute qualité environnementale, la construction de l'usine d'épuration des eaux la plus moderne de France, l'amélioration du tri des déchets et leur valorisation... Voilà quelques actions significatives qui démontrent notre volonté de faire. Car en ce domaine comme en d'autres, il est facile de faire de parler. Ce qui m'importe, c'est d'agir et de mettre en oeuvre. L'incantation n'est rien ; seule compte la preuve par l'action. Même si celle-ci exige parfois du courage ; car souvent cela impose des changements d'habitude. Et ce n'est pas le plus facile à proposer !
Ce mardi, dans le cadre de Global City, le Forum des acteurs de la ville, j'ai eu l'occasion de m'entretenir avec Nicolas Hulot, venu donner une conférence sur les enjeux environnementaux.Si la lutte contre le réchauffement climatique est, aujourd'hui, une idée communément admise, je crois que nous le devons à l'engagement d'hommes comme lui qui ont su alerter et convaincre l'opinion publique. Depuis de nombreuses années, je partage avec Nicolas Hulot la conviction que l'heure n'est plus aux discours convenu mais plutôt au passage à l'acte. Velo'V, les Berges du Rhône, la création de nouvelles lignes de transport en commun, ou encore la réalisation des nouvelles constructions économes en énergie selon les normes de haute qualité environnementale sont, parmi d'autres projets, la face visible de notre action.
Il y a quelques jours, la revue Alternatives économiques a publié un hors-série dans lequel est évalué la politique environnementale des vingt plus grandes agglomérations françaises. Lyon, au côté, de Lille, Nantes ou encore, Grenoble, arrive en tête du classement, mais j'aurai l'occasion d'y revenir un peu longuement, dans les jours qui viennent. En conclusion de sa conférence, Nicolas Hulot a précisé qu'il existait, pour lui, « un combat noble, humaniste qui incarne le siècle de l'éthique : celui du respect de la vie sous toute ses formes et notamment celle de demain ». C'est un combat que je partage.

Un compte administratif sur mon blog??

Quand j'ai parlé du « compte administratif » de la Ville, la petite équipe qui m'aide à réaliser mon blog m'a expliqué que cela n'intéresserait personne !Moi, je crois que si. Parce que je vais d'abord parler du porte-monnaie des Lyonnais. Du porte-monnaie d'aujourd'hui, et de celui de demain.
Peu importe l'expression « compte administratif ». Nous avons voté au conseil municipal une sorte de bilan financier de ce mandat. Que dit ce bilan ? Il souligne d'abord une pause dans la fiscalité de la Ville et du Grand Lyon. Pas d'augmentation de notre part pendant 6 exercices. Entre 2000 et 2008, la part de taxe d'habitation qui va à la Ville aura augmenté de 5%. Elle avait augmenté de 14% de 1990 à 1998. Et le niveau d'endettement, qui avait doublé de 1994 à 2000, n'a pas augmenté entre 2000 et 2007. Pourquoi ai-je tenu à évoquer le sujet ?Pour dire que nous pouvons mener simultanément une politique de grands projets et de modernité, une politique de solidarité et une politique soucieuse d'environnement tout en respectant scrupuleusement les équilibres économiques de la collectivité.Certes, cela demande des efforts, mais je suis assez fier du résultat. Car nous aurons réussi une véritable transformation de la ville et de son rayonnement sans réduire les marges de manoeuvre financière, et sans gage pour les générations futures.A un moment où fusent des leçons de gestion... j'encourage à regarder le modèle lyonnais sur ce plan aussi !

Un jour pas comme les autres...

Ce 11 mai marque le 20e anniversaire du procès de Klaus Barbie dans notre ville. Comme tous les Lyonnais qui ont vécu ce procès historique, le premier en France organisé pour juger des crimes contre l'humanité, je me souviens de l'ambiance qui régnait alors. D'abord, le souvenir des milliers et des milliers de victimes que le bourreau de Lyon avait laissées derrière lui avant de prendre la fuite à l'autre bout du monde.

La parole, ensuite, bouleversante, de ces témoins venus dire à la barre du palais de justice des vingt-quatre colonnes l'horreur du système Barbie. Je me souviens de l'écoeurement devant le refus systématique de l'accusé d'affronter ses propres responsabilités. Je me souviens, aussi, du réquisitoire du procureur général Pierre Truche assisté de Jean-Olivier Viout et de la sentence finale : Klaus Barbie, coupable de crimes contre l'humanité, puis la condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité. Je me souviens des titres des journaux saluant ce verdict pour l'histoire... Comme beaucoup de Lyonnais qui se sont passionnés pour ce procès, j'ai alors poussé un grand souffle avec, au fond du coeur, ce sentiment mêlé de tristesse devant l'évocation de tant de barbarie et le soulagement de la justice accomplie. Notre ville prépare aussi des manifestations importantes dont je vous reparlerai sur mon blog prochainement.

Les berges du Rhône sont à vous !

C'est hier, mercredi 9 mai, à l'occasion de la Journée de l'Europe, que nous avons inauguré les nouvelles berges du Rhône. Voici quelques photos, certaines avant les travaux, d'autres retraçant les différents moments qui ont rythmé cette journée insolite... Bonne balade à tous !
«C'était hier et pourtant ça semble déjà si loin! Avant les travaux les berges étaient depuis longtemps abandonnées au stationnement. Les voitures seront désormais sous terre grâce à la construction des parcs Lyautey et Raspail...»



«Direction le port de l'université pour inaugurer l'exposition «Miroirs de Femmes au Fil de l'Eau»! Douze femmes qui ont marqué l'histoire de l'Europe à l'honneur pour marquer à la fois l'identité de notre Cité et notre volonté de nous projeter dans un avenir européen.»

«Les terrasses de la Guillotière. Lieu de convivialité, elles offrent un point de vue unique sur le Rhône. Vu du fleuve, le réaménagement des places Raspail et Jutard offre une nouvelle perspective sur tout le quartier...»


«Ces berges du Rhône vont être à Lyon ce que les ramblas sont à Barcelone : un lieu de brassage des cultures et de mixité sociale où toute la ville se donne rendez-vous...»

«On redécouvre l'architecture ancienne de la ville...»

«Les berges sont ouvertes aux cyclistes sur plus de 10 km, du parc de la Tête d'Or jusqu'à celui de Gerland»

Des violences inutiles !

Bonjour à tous,Pour la troisième nuit consécutive plusieurs villes de France ont connu des actes de violence à la suite du résultat de l'élection présidentielle.
Comme beaucoup de Lyonnaises et de Lyonnais, j'ai été consterné en constatant les dégradations commises dans différents lieux de notre agglomération. Et j'ai immédiatement réagi en appelant au calme et à l'apaisement. Bien entendu, je peux comprendre l'amertume, la déception, voire la tristesse, de celles et de ceux qui n'ont pas voté pour monsieur Sarkozy. Mais je condamne totalement ces actes inacceptables qui sont le fait d'une infime minorité et qui vont à l'encontre des règles républicaines de notre pays.
La démocratie s'est exprimée dans des conditions normales. Ces violences vont à l'encontre du jeu démocratique, et je souhaite que nous retrouvions immédiatement le calme et la sérénité nécessaires.
top